Navigation – Plan du site

Actionnariat salarié, gouvernance et performance de la firme : une étude de cas économétrique portant sur un groupe français coté

Nicolas Aubert, Virgile Chassagnon et Xavier Hollandts
p. 151-176

Résumés

Dans nos économies de marché fondées sur la connaissance, le capital humain et les employés qui le recèlent sont au cœur de la création des avantages compétitifs des firmes. Forts de ce constat, d’aucuns évoquent de plus en plus le rôle bénéfique que peuvent jouer les salariés dans la gouvernance de l’entreprise moderne à travers leur participation potentielle au capital des firmes. Pour autant, la relation entre l’actionnariat salarié et la performance n’est pas clairement établie par la littérature académique. Cette contribution se situe dans ce débat ambiant en testant l’impact de l’actionnariat salarié sur la performance économique des entreprises. Pour ce faire, notre attention portera tout particulièrement sur l’actionnariat salarié comme instrument institutionnel de gouvernance d’entreprise. Nous étudions plus précisément la relation entre l’actionnariat salarié et la performance économique sur 900 filiales d’un groupe coté français (appartenant au CAC 40) sur une période de cinq ans. Notre étude montre que l’actionnariat salarié influe positivement sur la performance économique des entreprises.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Introduction
1. L’actionnariat salarié comme dispositif de démocratisation de la gouvernance au service de la performance économique des firmes
2. Données et méthodes
2.1. Données
2.2. Méthodologie – Modèle d’estimation
2.2.1. Variables expliquées
2.2.2. Variables explicatives
2.2.3. Variables de contrôle
Résultats
3. Discussion

Aperçu du texte

Introduction

À côté des contrats, la propriété est un autre attribut important de la gouvernance de la firme. Mais force est de constater que le statut de la propriété de la firme est sujet à débat. Intuitivement, la question qui se pose est celle de l’identification à la fois des possédants et de l’objet possédé. Qu’est-ce que les propriétaires de la firme possèdent in fine ? Comment peut-on être propriétaire d’un nœud de contrats (sa plus stricte définition juridique reprise par les théoriciens de l’agence) ? Certains principes juridiques ont été extrapolés et dépossédés de leur nature par les économistes. C’est notamment le cas de la propriété, car, si les actionnaires possèdent les parts sociales de la firme, personne ne possède la firme comme entité réelle (Chassagnon, 2012). La question de la propriété dans l’entreprise s’apprécie donc à travers l’entité capitalistique (notamment les parts sociales) qu’elle recèle. Cette précaution méthodologique rappelée, il est dès lors possi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Aubert, Virgile Chassagnon et Xavier Hollandts, « Actionnariat salarié, gouvernance et performance de la firme : une étude de cas économétrique portant sur un groupe français coté », Revue d'économie industrielle, 154 | 2016, 151-176.

Référence électronique

Nicolas Aubert, Virgile Chassagnon et Xavier Hollandts, « Actionnariat salarié, gouvernance et performance de la firme : une étude de cas économétrique portant sur un groupe français coté », Revue d'économie industrielle [En ligne], 154 | 2e trimestre 2016, mis en ligne le 15 juin 2018, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://rei.revues.org/6365

Haut de page

Droits d'auteur

© Revue d’économie industrielle

Haut de page