Navigation – Plan du site

Les comportements de détention de liquidités dans les sociétés non financières du G7 ont-ils évolué depuis la crise ?

Sylvain Broyer, Emmanuel Schneider et Cyril Verluise
p. 97-123

Résumés

Les entreprises ont accumulé des niveaux de cash sans précédent depuis la crise financière. Une idée couramment répandue est que le motif de précaution en serait le principal facteur : l’accumulation de cash résulterait des difficultés d’accès au financement bancaire que les entreprises ont subies lors de la crise financière. Nous observons ici l’évolution de la détention de liquidités par les entreprises du G7 et réalisons un test économétrique afin d’identifier si la crise financière a amené un changement de régime dans la détention de liquidités. Nos résultats indiquent que la hausse des liquidités ne s’explique par le motif de précaution que dans les pays du G7 où la désintermédiation des financements externes a progressé depuis la crise (États-Unis, Grande-Bretagne, Japon). En Europe continentale, nos tests infirment l’hypothèse d’un changement de régime de détention du cash.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Introduction
1. Les déterminants de la détention de liquidité
1.1. Les théories de la demande de monnaie par les entreprises
1.2. Les changements de régime de détention de liquidités dans les SNF
2. La dynamique récente de détentions de liquidités par les entreprises du G7
2.1. Les données
2.2. Un changement de régime de détention des liquidités non probant
3. Régime de détention de liquidités et modèles de financement nationaux
3.1. Tests de changement de régime
3.2. Test d’une rupture temporelle
3.3. Test de rupture des motifs
3.4. Test de Chow
Clé de lecture
4. Changement de régime et intermédiation financière
Conclusions : implications macroéconomiques de la hausse des détentions de liquidités dans les SNF du G7

Aperçu du texte

Introduction

Les entreprises ont accumulé des niveaux de cash sans précédent depuis la crise financière de 2007-2009. Pour Moody’s (2014), les liquidités accumulées par Apple, Microsoft, Google, Verizon et Pfizer aux États-Unis se montent à plus de 400 milliards de dollars – un chiffre en progression de près de 25 % par rapport à 2012. Les entreprises européennes et japonaises ne sont pas en reste.

Une intuition est que cette accumulation de cash par les entreprises résulterait des difficultés d’accès au financement bancaire qu’elles ont subies lors de la crise financière ; difficultés qui avaient contraint certaines à vider leurs stocks et à stopper les lignes de production, d’autres à la faillite, participant à l’arrêt soudain du G7 et à la récession mondiale du quatrième trimestre 2008 au premier trimestre 2009. Afin d’éviter de s’exposer à nouveau à ce type de choc, les entreprises auraient depuis modifié leur régime de détention de liquidités. Elles favoriseraient désormais la ce...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Broyer, Emmanuel Schneider et Cyril Verluise, « Les comportements de détention de liquidités dans les sociétés non financières du G7 ont-ils évolué depuis la crise ? », Revue d'économie industrielle, 154 | 2016, 97-123.

Référence électronique

Sylvain Broyer, Emmanuel Schneider et Cyril Verluise, « Les comportements de détention de liquidités dans les sociétés non financières du G7 ont-ils évolué depuis la crise ? », Revue d'économie industrielle [En ligne], 154 | 2e trimestre 2016, mis en ligne le 15 juin 2018, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://rei.revues.org/6340

Haut de page

Auteurs

Sylvain Broyer

Responsable du département d’économie, NATIXIS et Université Paris Dauphine

Articles du même auteur

Emmanuel Schneider

NATIXIS et École polytechnique

Cyril Verluise

NATIXIS et HEC

Haut de page

Droits d'auteur

© Revue d’économie industrielle

Haut de page