Navigation – Plan du site

Enchérir ou négocier : quelle forme préférable de marché ?

Sylvain Mignot et Annick Vignes
p. 123-153

Résumés

Sur certains marchés, les ventes peuvent se faire de gré à gré ou en enchères: c’est le cas du marché au poisson de Boulogne-sur-Mer sur lequel se fonde l’analyse empirique de cet article. Nous y montrons que, alors que les agents peuvent quotidiennement passer d’un mécanisme de vente à un autre, l’organisation du marché est stable au niveau agrégé, avec des quantités significatives s’échangeant chaque jour sur les deux sous-marché. Au niveau micro, nous mettons en évidence que les agents mobilisent des stratégies différentes, certains privilégiant un mécanisme de vente, d’autres en changeant régulièrement. Une certaine spécialisation apparaît : les produits les plus chers se vendent à des prix plus élevés de gré à gré, quand les poissons meilleur marché se vendent plus cher en enchères. Un modèle basé-agent permet de comprendre les conditions de stabilité de cette organisation. L’influence de l’hétérogénéité des biens sur le comportement des individus et le rôle des liens sociaux sont tour à tour analysés.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

1. Introduction
2. Faits stylisés
2.1. Macro-stabilité
2.2. Avantage de la spécialisation
2.2.1. Stratégies individuelles
2.2.2. Distributions de prix
2.3. Les biens
3. Modèle basé-agent
3.1. Les hypothèses
3.1.1. Les biens
3.1.2. Les vendeurs
3.1.3. Les acheteurs
3.1.4. Fonctionnement du marché
3.1.5. Marché d’enchères
3.1.6. Marché négocié
3.2. Révision des croyances
3.3. Paramètres des simulations
4. La simulation
4.1. Non-différenciation
4.2. Différenciation des biens
4.3. Différences de prix pour un même bien
5. Réseaux sociaux
5.0.1. Les agents
5.0.2. Mécanisme de création des liens
5.1. Influence du mécanisme de vente sur la création des liens
5.1.1. Coexistence
5.1.2. Distribution bimodale
5.1.3. Switching
5.1.4. Différences de prix pour des biens homogènes
5.2. Sensibilité aux paramètres
6. Conclusion

Aperçu du texte

1. Introduction

Dans une économie où l’allocation des ressources se fait majoritairement à travers les marchés, évaluer l’efficacité des différents types d’organisation est un enjeu majeur. L’observation du fonctionnement des marchés suggère d’une part qu’il existe autant de formes de marchés que de biens à vendre et d’autre part, que des biens similaires peuvent se vendre selon des mécanismes dissemblables. Ainsi sur les marchés financiers, les traders ont couramment le choix entre des modes d’échange alternatifs, qui correspondent à différents niveaux d’information. Comme le soulignent Hautcoeur et Riva (2012), le choix d’un mode de transaction sera largement déterminé par le niveau d’aversion au risque des agents (un degré d’aversion au risque supérieur incitera à choisir le mode de transaction assurant un plus haut niveau d’information, i.e., un marché centralisé). Cette cohabitation de mécanismes de vente se retrouve aussi sur le marché ou plutôt les marchés de l’électricité, co...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Mignot et Annick Vignes, « Enchérir ou négocier : quelle forme préférable de marché ? », Revue d'économie industrielle, 153 | 2016, 123-153.

Référence électronique

Sylvain Mignot et Annick Vignes, « Enchérir ou négocier : quelle forme préférable de marché ? », Revue d'économie industrielle [En ligne], 153 | 1er trimestre 2016, mis en ligne le 30 mars 2018, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://rei.revues.org/6303

Haut de page

Auteurs

Sylvain Mignot

LEM (UMR 9221 CNRS) et Université Catholique de Lille
sylvain.mignot@icl-lille.fr

Annick Vignes

École des Ponts ParisTech et CAMS-EHESS (UMR 8557)
annick.vignes@enpc.fr

Haut de page

Droits d'auteur

© Revue d’économie industrielle

Haut de page