Navigation – Plan du site

Arrangements institutionnels et écologie industrielle

L’exemple de la gestion des déchets
Organizational Arrangements and Industrial Ecology – the Example of Waste Management
Cyril Decouzon, Muriel Maillefert, Olivier Petit et Alice Sarran
p. 151-172

Résumés

Les démarches d’écologie industrielle visent à mutualiser des ressources ou à économiser des flux de matière ou d’énergie. Elles concernent à la fois les entreprises et les territoires. L’objet de cet article est d’analyser l’architecture des formes organisationnelles des synergies de mutualisation liées à la gestion des déchets mis en place. L’analyse des divers outils de coordination (contrats, chartes, etc.) issue de plusieurs cas d’étude montre qu’il existe une architecture institutionnelle régulière dont la logique relève des formes hybrides au sens d’O. Williamson. Le contrat apparaît ainsi à la fois comme un outil de coordination et un outil de gouvernance. Néanmoins, les seuls critères transactionnels se révèlent insuffisants pour différencier les formes organisationnelles et doivent être complétés par une analyse de l’action collective et de ses formes.

Haut de page

Notes de l'auteur

Ce travail retranscrit en partie les résultats d’un projet de recherche financé par l’ADEME (programme déchets et société, 2011) et piloté par le CLERSE. Il s’agit du projet ACTEIS (action collective, écologie industrielle et soutenabilité) (Maillefert dir., 2013). Une première version de ce texte a été présentée au colloque COLEIT2012, Troyes, 17-18 octobre 2012.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Introduction
1. Gouvernance, coordination et formes contractuelles
1.1. Le contrat, outil de coordination et de gouvernance
1.2. Du contrat aux formes hybrides
2. Vers la construction d’un cadre analytique : des transactions à l’action collective
3. Méthodologie du travail empirique
4. Formes contractuelles et action collective dans le cas de la collecte mutualisée de déchets
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Les démarches d’écologie industrielle (DEI ci-après) sont considérées aujourd’hui comme un levier important pour les territoires, que ce soit pour améliorer la dimension environnementale de la production ou pour aider au redéploiement productif et à l’ancrage industriel de ces territoires. Elles reposent sur l’articulation entre un projet, des acteurs et des coordinations, définis à l’échelle d’organisations ou de territoires (Boons et Baas, 1997 ; Schalchli, 2011). À l’échelle des organisations, la mise en œuvre concrète des synergies éco-industrielles donne souvent lieu à des formes de coordination particulières, en raison notamment de l’absence de marchés (Maillefert et Schalchli, 2010). Ces formes sont peu étudiées par la littérature qui s’intéresse surtout aux résultats des coordinations, ces dernières étant le plus souvent analysées, justement, comme le résultat implicite de transactions marchandes (Desrochers, 2004).

La multiplication des projets d’écologie industr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cyril Decouzon, Muriel Maillefert, Olivier Petit et Alice Sarran, « Arrangements institutionnels et écologie industrielle », Revue d'économie industrielle, 152 | 2015, 151-172.

Référence électronique

Cyril Decouzon, Muriel Maillefert, Olivier Petit et Alice Sarran, « Arrangements institutionnels et écologie industrielle », Revue d'économie industrielle [En ligne], 152 | 4e trimestre 2015, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://rei.revues.org/6251 ; DOI : 10.4000/rei.6251

Haut de page

Auteurs

Cyril Decouzon

CLERSE

Muriel Maillefert

Université Lyon 3 (CRGA) et EVS UMR 5600

Olivier Petit

Université d’Artois et CLERSE UMR 8019

Alice Sarran

OREE

Haut de page

Droits d'auteur

© Revue d’économie industrielle

Haut de page