Navigation – Plan du site

L’affectation de la richesse créée : un des facteurs explicatifs du différentiel de compétitivité entre entreprises françaises et entreprises allemandes cotées

The Allocation of Wealth: One Factor that Explains the Competitiveness Gap between French and German Listed Companies
Olivier Cretté, Éric Fimbel, Catherine Karyotis et Claude Ducouloux-Favard
p. 37-69

Résumés

Cet article met en évidence le poids d’une combinaison de facteurs juridiques, culturels et comportementaux pour expliquer le différentiel de compétitivité des sociétés cotées en France et en Allemagne, à partir d’une comparaison des pratiques et d’une analyse complémentaire de cas symptomatiques. Les données empiriques montrent une radicale différence dans les structures et les pratiques de répartition de la richesse créée dans les entreprises cotées. En France, on enrichirait d’abord l’actionnaire, puis on affecterait à l’entreprise. En Allemagne, on mettrait d’abord en réserve pour investir, et on distribuerait aux actionnaires ensuite. Analysant les données et pratiques des sociétés cotées sur les indices SBF 120 et DAX 100, l’article montre que les effets de ces deux hiérarchisations sur le différentiel de compétitivité des entreprises sont durables.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Introduction
1. Contexte et mise en perspective du différentiel de compétitivité
1.1. Le capitalisme rhénan : un modèle ?
1.2. La banque, partenaire de l’entreprise et non instrument de la financiarisation
1.3. Un arsenal juridique structurant le différentiel de compétitivité
2. Étude empirique
2.1. L’échantillon
2.2. Médianes et moyennes
2.3. Analyses de régression
2.4. Transposition de taux de rétention des dividendes
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Dans quels contextes sociétal, idéologique et donc sémantique se déroule le débat sur cette compétitivité comparée entre entreprises françaises et entreprises allemandes ? Selon J.-L. Mucchielli, auteur avec E. Combe de La compétitivité par la qualité (2011), « le terme “compétitivité”, dont l’origine latine (competere) évoque l’idée de “rechercher ensemble”, mais aussi celle de “se rencontrer en un même point”, désigne l’aptitude à affronter des situations de concurrence et à rivaliser avec autrui. Fréquemment employée par les économistes, la notion a été initialement définie et appréhendée au niveau de l’entreprise, puis transposée au plan macroéconomique, au niveau d’un secteur d’activité ou d’un pays. Un tel glissement suscite néanmoins des controverses. » Le débat sur la compétitivité des agents que sont les entreprises sur des marchés n’est pas de même nature que celui de la compétitivité de chaque nation. Les débats récurrents autour de la force durable de l’écono...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Cretté, Éric Fimbel, Catherine Karyotis et Claude Ducouloux-Favard, « L’affectation de la richesse créée : un des facteurs explicatifs du différentiel de compétitivité entre entreprises françaises et entreprises allemandes cotées », Revue d'économie industrielle, 151 | 2015, 37-69.

Référence électronique

Olivier Cretté, Éric Fimbel, Catherine Karyotis et Claude Ducouloux-Favard, « L’affectation de la richesse créée : un des facteurs explicatifs du différentiel de compétitivité entre entreprises françaises et entreprises allemandes cotées », Revue d'économie industrielle [En ligne], 151 | 3e trimestre 2015, mis en ligne le 30 septembre 2017, consulté le 18 août 2017. URL : http://rei.revues.org/6162 ; DOI : 10.4000/rei.6162

Haut de page

Auteurs

Olivier Cretté

Ledouble, Paris
E-mail : ocrette@ledouble.fr

Éric Fimbel

Neoma Business School, LIRSA (Cnam-Paris)
E-mail: eric.fimbel@neoma-bs.fr

Catherine Karyotis

Neoma Business School, LIRSA (Cnam-Paris
E-mail: catherine.karyotis@neoma-bs.fr

Claude Ducouloux-Favard

(† 2013)

Haut de page

Droits d'auteur

© Revue d’économie industrielle

Haut de page