Navigation – Plan du site

Persistance du comportement d’investissement dans le secteur manufacturier français

Marco Grazzi, Nadia Jacoby et Tania Treibich
p. 51-79

Résumés

Cette étude questionne le processus d’investissement des entreprises du secteur manufacturier en France entre 1996 et 2007. Nous confirmons la présence de pics d’investissements mais identifions aussi une certaine continuité des taux d’investissement dans le temps, indiquée par un coefficient d’autocorrélation relativement faible mais très persistant. En effet, le taux d’investissement est significativement et positivement corrélé avec ses valeurs passées jusqu’à dix ans d’écart. De plus, une estimation du coefficient d’autorégression montre que le taux d’investissement est partiellement expliqué par sa valeur passée. Ces résultats s’expliquent notamment par l’indivisibilité du capital, qui requiert plusieurs épisodes d’investissement pour être totalement intégré dans le fonctionnement de l’entreprise.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

1. Introduction
2. Revue de la littérature
3. Données et variables
4. Caractérisation de l’investissement et de ses pics
5. Le processus d’investissement : une analyse dynamique
5.1. L’autocorrélation de l’investissement
5.2. Un test du processus autorégressif de l’investissement
6. Conclusion

Aperçu du texte

1. Introduction

Les études sur l’investissement ont longtemps porté sur la dynamique macroéconomique, notamment sur le lien entre investissement agrégé et cycle économique (depuis Clark, 1917, Keynes, 1936, ou Jorgenson, 1963 jusqu’à Caballero, 1999). En particulier, les modèles d’accélérateur simple (Aftalion, 1909 ; Clark, 1917) permettent de comprendre les mécanismes liant un acroissement de demande et le développement des capacités productives par l’augmentation du capital au niveau agrégé. L’accélérateur flexible (Koyck, 1954) met quant à lui en avant le caractère imparfait de l’ajustement du capital au niveau désiré ; les entrepreneurs préférant réduire leur taux d’utilisation des ressources plutôt que désinvestir. Cet ajustement asymétrique et retardé fait écho à une modélisation des coûts d’ajustement non convexes, car incorporant des éléments irréversibles.

Depuis ces travaux, Doms et Dunne (1998), Carlsson et Laséen (2005), Duhautois et Jamet (2001) ainsi que Gourio et Kash...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marco Grazzi, Nadia Jacoby et Tania Treibich, « Persistance du comportement d’investissement dans le secteur manufacturier français  », Revue d'économie industrielle, 150 | 2015, 51-79.

Référence électronique

Marco Grazzi, Nadia Jacoby et Tania Treibich, « Persistance du comportement d’investissement dans le secteur manufacturier français  », Revue d'économie industrielle [En ligne], 150 | 2e trimestre 2015, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 26 avril 2017. URL : http://rei.revues.org/6116 ; DOI : 10.4000/rei.6116

Haut de page

Auteurs

Marco Grazzi

Dipartimento di Scienze Economiche, Università di Bologna.

Nadia Jacoby

CES – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris, France.

Tania Treibich

School of Business and Economics, Maastricht University ; LEM-Institute of Economics, Scuola Superiore Sant’Anna ; GREDEG-CNRS, Université Nice-Sophia Antipolis et OFCE. E-mail : tania.treibich@gmail.com

Haut de page

Droits d'auteur

© Revue d’économie industrielle

Haut de page