Navigation – Plan du site

La géotraçabilité dans le secteur vitivinicole : construction institutionnelle du marché

Anne Isla
p. 73-102

Résumés

Beaucoup de viticulteurs ont travaillé pour établir un système de géotraçabilité afin de devancer les directives de la Commission européenne s’inscrivant dans le processus de standardisation de la politique agricole commune. L’enjeu est, pour eux, de participer à la définition de la qualité du produit. Le cadre théorique conventionnaliste est mobilisé pour analyser cette construction institutionnelle. En matière vitivinicole, la convention de qualité est un métissage de conventions marchandes (concurrence, prix) et domestiques (savoir-faire, origine). L’analyse des textes juridiques français et européens de 1960 à 2009 nous permet de mesurer l’évolution de ces deux composantes et de montrer la part croissante qu’y prend la géotraçabilité. La construction institutionnelle du marché est aussi caractérisée par une spécificité du droit français – globalement plus développé et source d’inspiration pour l’Europe ; la croissance de la désignation de l’origine et de la qualité ; et le débat entre les tenants des marques et ceux qui veulent protéger les AOP. Cette analyse est outillée par un logiciel d’analyse textuelle qui nous permet d’illustrer ces différents aspects.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

1. CONVENTION DE QUALITÉ, QUALITÉ DU VIN ET RÈGLE DE DROIT
1.1. Conventions et conventions de qualité
1.1.1. Convention : représentation collective extériorisée
1.1.2. Qualité du vin : métissage de conventions marchandes et domestiques
1.2. Le droit comme résultat des délibérations sur les conventions légitimes
2. L’IMPORTANCE DES SAVOIR-FAIRE ET DE L’ORIGINE DANS LA CONSTRUCTION INSTITUTIONNELLE
2.1. L’empreinte française dans les textes européens
2.2. Les enjeux d’une organisation commune du marché agricole : régulations du monde agricole et du secteur vitivinicole
2.3. Le marché vitivinicole européen dans le marché mondial : le débat AOP-marques

Aperçu du texte

La volonté de tracer le vin s’inscrit au croisement de plusieurs mutations qui marquent l’évolution du marché aujourd’hui : i) un mouvement actuel de développement de la traçabilité des produits, que ceux-ci soient alimentaires ou non ; ii) une généralisation depuis quelques années des AOC qui fait perdre de leur crédibilité à cette marque collective (Smith et al., 2007) ou à ce bien de club (Torre, 2002) et qui peut conduire les producteurs à rechercher des solutions pour se démarquer en fournissant une information supplémentaire au consommateur ; iii) une évolution dans ce que Barrère (2007) appelle le paradigme du goût – le paradigme du marché de masse du goût remplaçant le paradigme aristocratique ou, dit autrement, le goût devenant affaire de tous entraîne une mutation fondamentale dans la segmentation du marché vitivinicole et une exigence pour les producteurs d’« éduquer » le consommateur ; iv) une inquiétude face à l’évolution de la réglementation, la fusion, en 2009, des 21...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Isla, « La géotraçabilité dans le secteur vitivinicole : construction institutionnelle du marché », Revue d'économie industrielle, 149 | 2015, 73-102.

Référence électronique

Anne Isla, « La géotraçabilité dans le secteur vitivinicole : construction institutionnelle du marché », Revue d'économie industrielle [En ligne], 149 | 1er trimestre 2015, mis en ligne le 30 mars 2017, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://rei.revues.org/6079 ; DOI : 10.4000/rei.6079

Haut de page

Auteur

Anne Isla

LEREPS Université de Toulouse

Haut de page

Droits d'auteur

© Revue d’économie industrielle

Haut de page