Navigation – Plan du site

La matérialité invisible des services et ses implications énergétiques : une estimation de l’énergie grise par la méthode input-output

Charlotte Fourcroy, Faïz Gallouj et Fabrice Decellas
p. 43-72

Résumés

Notre objectif est de montrer que l’immatérialité des services est un mythe et que les consommations énergétiques du secteur tertiaire sont significativement sous-estimées. Dans la première section, nous examinons le mythe de l’immatérialité des services dans des termes généraux, en nous appuyant sur la littérature économique. Dans la deuxième section, nous identifions différentes sources de matérialité des services, et par conséquent de consommation d’énergie. Nous distinguons, d’une part, trois sources directes de matérialité et de consommation d’énergie : l’intervention de service, les déplacements et la mise en condition et, d’autre part, une source indirecte liée aux processus de fabrication des systèmes matériels mobilisés au cours de la prestation de services. Cette dernière source de consommation d’énergie, qualifiée d’« énergie grise », est invisible et absente des statistiques énergétiques du secteur tertiaire. Dans la troisième section, nous l’isolons et tentons de l’estimer en nous appuyant sur une méthode input-output.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Introduction
1. L’immatérialité des services : un mythe ?
1.1. L’immatérialité des services et son caractère « environment-friendly »
1.2. Les services sont moins immatériels qu’on ne le croit
1.3. Le débat matérialité/immatérialité et la convergence entre les biens et les services
2. Les sources de matérialité des services
2.1. Les sources directes de matérialité et de consommations d’énergie
2.2. Les sources indirectes de matérialité et de consommations d’énergie
3. Vers une estimation de l’énergie grise des services
3.1. La méthodologie d’estimation de l’énergie grise
3.2. Les hypothèses pour le calcul du vecteur Cd
3.3. Les résultats et leur analyse
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

L’idée selon laquelle, compte tenu de certaines de leurs caractéristiques intrinsèques, les services seraient moins consommateurs d’énergie, plus « environment-friendly » et également plus « durables » que l’industrie est fréquente dans la littérature (Illeris, 2007 ; Rifkin, 2000 ; OCDE, 2000). Cette hypothèse optimiste et séduisante s’appuie sur l’idée qu’en termes de préservation de l’environnement « mieux vaut le bureau que l’usine ».

L’argument théorique principal qui étaie cette hypothèse est celui de l’immatérialité des services par opposition à la matérialité des biens. C’est la transformation matérielle qui engloutit les ressources naturelles et qui porte préjudice à l’environnement. L’empreinte écologique des services est généralement considérée comme plus faible que celle de la production industrielle et agricole (Laval, 2006 ; Gadrey, 2004). Certaines validations statistiques viennent apparemment conforter cette thèse. Par exemple, en France, le secteur tertia...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charlotte Fourcroy, Faïz Gallouj et Fabrice Decellas, « La matérialité invisible des services et ses implications énergétiques : une estimation de l’énergie grise par la méthode input-output », Revue d'économie industrielle, 149 | 2015, 43-72.

Référence électronique

Charlotte Fourcroy, Faïz Gallouj et Fabrice Decellas, « La matérialité invisible des services et ses implications énergétiques : une estimation de l’énergie grise par la méthode input-output », Revue d'économie industrielle [En ligne], 149 | 1er trimestre 2015, mis en ligne le 30 mars 2017, consulté le 18 août 2017. URL : http://rei.revues.org/6072 ; DOI : 10.4000/rei.6072

Haut de page

Auteurs

Charlotte Fourcroy

Clersé, Université de Lille

Faïz Gallouj

Clersé, Université de Lille

Articles du même auteur

Fabrice Decellas

EDF R&D

Haut de page

Droits d'auteur

© Revue d’économie industrielle

Haut de page