Navigation – Plan du site

Efficacité énergétique dans le bâtiment et paradoxe énergétique : quelles conséquences pour la transition énergétique ?

Dorothée Charlier
p. 229-262

Résumés

L’efficacité énergétique dans le secteur résidentiel joue un rôle important dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Dans cette étude, nous voulons (i) analyser les dépenses en rénovation énergétique en tenant compte de la profitabilité de l’investissement et (ii) déterminer le profil des ménages qui n’investissent pas même quand la rénovation en efficacité énergétique s’avère rentable (i.e. si les bénéfices du projet excèdent les coûts). La probabilité que les ménages ne rénovent pas, même si l’investissement est rentable, est expliquée en partie par le statut d’occupation et le revenu. Nous obtenons aussi que la profitabilité de l’investissement n’est pas une variable déterminante. Les ménages n’appliquent pas le critère de la valeur actualisée comme le suggère la littérature théorique sur le sujet, ce qui justifie l’existence de barrières de marché. Il est donc nécessaire d’encourager l’investissement avec des politiques publiques.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

1. Introduction
2. Cadre théorique
2.1. Modèle
2.2. Calibrage et analyses de sensibilité
3. Données, variables et statistiques descriptives
3.1. Données
3.2. Variables et statistiques descriptives
3.2.1. Variables dépendantes
3.2.2. Variables indépendantes
Les caractéristiques socio-économiques des ménages
Les caractéristiques du bâti
Les caractéristiques des travaux
3.2.3. Statistiques descriptives
4. Modèles et résultats
4.1. L’analyse des dépenses en efficacité énergétique
4.2. L’analyse du paradoxe énergétique
5. Conclusion

Aperçu du texte

1. Introduction

Aujourd’hui, si la transition énergétique n’est possible que dans le cas de développement de solutions alternatives aux énergies fossiles, il est aussi indispensable de faire en sorte que les ménages adoptent des solutions en efficacité énergétique. Le secteur résidentiel consomme plus d’énergie que n’importe quel autre secteur en France. Il représente aussi le plus gros potentiel d’économie d’énergie. Il est donc possible d’économiser de l’énergie et de limiter les émissions de gaz à effet de serre en investissant dans des rénovations énergétiques (Stern, 1998, p. 9). Malheureusement, le taux de rénovation énergétique est relativement faible et ne permettra pas d’atteindre les objectifs fixés par le gouvernement français.

L’objectif de cette étude est (i) d’analyser les déterminants des dépenses en rénovation en efficacité énergétique en introduisant la rentabilité de l’investissement comme variable explicative et (ii) de déterminer le profil des ménages qui n’investi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dorothée Charlier, « Efficacité énergétique dans le bâtiment et paradoxe énergétique : quelles conséquences pour la transition énergétique ? », Revue d'économie industrielle, 148 | 2014, 229-262.

Référence électronique

Dorothée Charlier, « Efficacité énergétique dans le bâtiment et paradoxe énergétique : quelles conséquences pour la transition énergétique ? », Revue d'économie industrielle [En ligne], 148 | 4e trimestre 2014, mis en ligne le 30 décembre 2016, consulté le 31 mars 2017. URL : http://rei.revues.org/5985 ; DOI : 10.4000/rei.5985

Haut de page

Auteur

Dorothée Charlier

dorothee.charlier@univ-montp1.fr ; Université Montpellier 1, UFR d’Économie, site Richter

Haut de page

Droits d'auteur

© Revue d’économie industrielle

Haut de page