Navigation – Plan du site

Tarif progressif, efficience et équité

Claude Crampes et Jean-Marie Lozachmeur
p. 133-160

Résumés

Cet article est consacré à l’analyse des avantages et des inconvénients des tarifs linéaires croissant par blocs et des tarifs convexes. Nous montrons que, contrairement aux attentes des politiques, les tarifs progressifs ne permettent pas de lutter contre la précarité énergétique et, simultanément, de réduire la consommation totale d’énergie. Nous faisons aussi apparaitre les différences entre le tarif de première nécessité actuellement utilisé en France pour l’électricité, applicable sous conditions de ressources, et le système de bonus-malus sur les consommations domestiques d’énergie préconisé par la loi du 15 avril 2013.

Haut de page

Notes de l'auteur

L’article a bénéficié des suggestions faites par deux rapporteurs anonymes. Les auteurs portent la responsabilité exclusive des erreurs et omissions résiduelles.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

1. Introduction
2. Consommation vitale et distorsions tarifaires
2.1. Efficience avec plancher de consommation
2.2. Tarif linéaire croissant par blocs
2.3. Autres définitions de la solidarité et autres mécanismes
3. Prix moyen et prix marginal
4. Coût de l’énergie et coût de la capacité
5. Conclusion et développements
6. Annexe
6.1. Comportement d’un consommateur face à un tarif linéaire par blocs
6.2. Comportement d’un consommateur face à un tarif convexe
6.3. Tarif convexe optimal face à une contrainte de consommation plancher et obligation d’autofinancement

Aperçu du texte

1. Introduction

La tarification progressive de l’électricité (de l’eau, du gaz naturel, etc.) est considérée par certains hommes politiques, en France et à l’étranger, comme une solution miracle qui permettrait de promouvoir à la fois une utilisation efficiente des ressources rares et une répartition équitable de ces ressources.

Pour comprendre cette prise de position, plaçons-nous dans le cas élémentaire où l’électricité a deux prix unitaires. Le premier prix est très faible, voire nul. Il n’est facturé que sur un volume limité de kWh (la consommation vitale). Le second prix, plus élevé, voire très élevé, n’est facturé que sur les kWh consommés au-delà de cette limite (la consommation de confort). Avec ce barème, les ménages pauvres obtiennent la consommation vitale de kWh sans y consacrer une proportion trop importante de leurs ressources, ce qui satisfait le souci d’équité. Les riches, de leur côté, sont incités par le prix élevé à réduire leur consommation d’électricité de confor...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Crampes et Jean-Marie Lozachmeur, « Tarif progressif, efficience et équité », Revue d'économie industrielle, 148 | 2014, 133-160.

Référence électronique

Claude Crampes et Jean-Marie Lozachmeur, « Tarif progressif, efficience et équité », Revue d'économie industrielle [En ligne], 148 | 4e trimestre 2014, mis en ligne le 30 décembre 2016, consulté le 30 mars 2017. URL : http://rei.revues.org/5956 ; DOI : 10.4000/rei.5956

Haut de page

Auteurs

Claude Crampes

Toulouse School of Economics (IDEI et GREMAQ)

Jean-Marie Lozachmeur

Toulouse School of Economics (IDEI et GREMAQ-CNRS)

Haut de page

Droits d'auteur

© Revue d’économie industrielle

Haut de page