Navigation – Plan du site

Ouverture à la concurrence et obligations de service universel

Bernard Franck, Nicolas Le Pape et Sylvain Kadohognon Ouattara
p. 87-109

Résumés

Cet article traite du rôle exercé par la nationalité d’un entrant privé sur son choix de taux de couverture du marché lorsque l’opérateur historique (firme publique) est en charge du service universel. Nous comparons ces taux librement choisis par un entrant à ceux qui prévaudraient s’ils étaient imposés par une instance de régulation. À l’aide d’un modèle de duopole différencié à trois étapes, nous examinons l’impact du taux de couverture du marché de l’entrant sur la qualité et sur le prix du service proposé par les deux firmes.
Dans l’hypothèse où l’entrant est une firme étrangère, l’opérateur historique adopte une tarification au coût marginal. En revanche, lorsque l’entrant est une firme domestique, la firme publique devient moins agressive puisqu’elle fixe un prix supérieur à son coût marginal. Cette différence de comportement de la firme publique selon le scénario d’entrée découle de la fonction de bien-être social qui n’intègre pas le profit de l’entrant lorsque ce dernier est une firme étrangère. Nous montrons également que le différentiel de qualités fournies par les deux firmes se réduit lorsque la zone de couverture de l’entrant baisse et ce phénomène est indépendant de la nationalité de ce dernier. Enfin, le taux optimal de couverture du marché imposé par le régulateur est toujours inférieur au taux librement choisi par l’entrant. Ce dernier résultat tient au fait que l’entrant cherche à se prémunir d’une intensification de la concurrence liée à la réduction du différentiel de qualité.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

1. Introduction
2. Le modèle
3. Entrée d’une firme étrangère
4. Entrée d’une firme domestique
5. Réglementation de la zone de couverture de l’entrant
6. Conclusion
Annexes

Aperçu du texte

1. Introduction

L’ouverture à la concurrence présente un risque pour les consommateurs puisqu’elle peut conduire à ce que les nouvelles firmes concentrent leur activité sur les segments les plus rentables du marché et ne soient alors présentes que sur certaines zones géographiques (Crew et Kleindorfer, 2005 ; D’Alcantara et Amerlynck, 2006). Afin d’éviter que la concurrence aboutisse à l’exclusion d’une partie des usagers et/ou dégrade le niveau de qualité du service proposé, les autorités de régulation imposent des obligations de service universel (OSU).

L’existence des obligations de service universel correspond à l’idée que le régulateur recherche d’autres objectifs que celui d’efficacité qui sous-tend la maximisation de la somme des surplus individuels. Les OSU imposent des contraintes, telles que l’uniformité du prix du service ou la couverture totale du marché, qui jouent un rôle équivalent (via les multiplicateurs associés) à l’introduction de pondérations de ces surplus dans l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Franck, Nicolas Le Pape et Sylvain Kadohognon Ouattara, « Ouverture à la concurrence et obligations de service universel  », Revue d'économie industrielle, 147 | 2014, 87-109.

Référence électronique

Bernard Franck, Nicolas Le Pape et Sylvain Kadohognon Ouattara, « Ouverture à la concurrence et obligations de service universel  », Revue d'économie industrielle [En ligne], 147 | 3e trimestre 2014, mis en ligne le 30 septembre 2016, consulté le 22 juin 2017. URL : http://rei.revues.org/5865 ; DOI : 10.4000/rei.5865

Haut de page

Auteurs

Bernard Franck

Université de Caen Basse Normandie & CREM UMR CNRS 6211
bernard.franck@unicaen.fr

Nicolas Le Pape

Université de Caen Basse Normandie & CREM UMR CNRS 6211
nicolas.lepape@unicaen.fr

Sylvain Kadohognon Ouattara

ESCA, Casablanca, Maroc
kouattara@esca.ma

Haut de page

Droits d'auteur

© Revue d’économie industrielle

Haut de page