Navigation – Plan du site

Dynamique des modèles d’affaires et écosystème : le cas des synchrotrons

Arman Avadikyan, Laurent Bach, Gilles Lambert, Christophe Lerch et Sandrine Wolff
p. 153-186

Résumés

Cet article a pour objectif d’analyser les mécanismes selon lesquels une grande Infrastructure de Recherche, ici un synchrotron, co-construit l’écosystème dans lequel elle s’insère et l’utilise pour soutenir et nourrir sa dynamique d’innovation. Notre analyse se fonde sur l’étude du synchrotron français SOLEIL. Nous postulons qu’il est possible d’analyser le modèle d’affaires d’une telle infrastructure, et surtout de comprendre les mécanismes de son évolution. Si celle-ci résulte de processus de résolution de tensions repérables au niveau micro­économique, les mécanismes à l’œuvre mettent en jeu des dynamiques de coopération et de compétition opérant par l’intermédiaire des différentes communautés au sein d’un écosystème de synchrotrons.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

1. Introduction
2. Cadre empirique et conceptuel
2.1. Cadre empirique : étude de cas SOLEIL
2.1.1. Le synchrotron SOLEIL : rôle, fonctionnement et organisation
2.1.2. Éléments de méthodologie
2.2. Cadre conceptuel : le synchrotron, un modèle d’affaires dépendant d’un écosystème ?
3. Une perspective microéconomique de l’évolution du modèle d’affaires
3.1. Les lignes de lumière
3.1.1. Rationalisation des lignes
3.1.2. Anticipation des besoins des utilisateurs
3.1.3. Personnalisation des prestations
3.1.4. Co-développement des lignes
3.2. Le système Machine
3.2.1. Modularité et fiabilité
3.2.2. Modularité et upgrading
3.2.3. Modularité et versatilité
3.2.4. Modularité et dynamique d’évolution des lignes
4. Écologie des synchrotrons : coopétition au sein de l’écosystème
4.1. Renforcement et développement des trajectoires existantes
4.1.1. La différenciation comme moyen de compétition entre synchrotrons et comme générateur de diversité au sein de l’écosystème
4.1.2. La standardisation des pratiques : facilitatrice des collaborations au sein des communautés d’utilisateurs
4.2. Émergence et sélection des trajectoires technologiques nouvelles
4.2.1. La compétition comme moyen de révéler des trajectoires nouvelles
4.2.2. La collaboration comme moyen de générer une dynamique d’apprentissage de partage des meilleures solutions technologiques
5. Conclusion

Aperçu du texte

1. Introduction

Cet article a pour objectif d’analyser les mécanismes selon lesquels une Très Grande Infrastructure de Recherche (TGIR), co-construit l’écosystème dans lequel elle s’insère et l’utilise pour soutenir et nourrir sa dynamique d’innovation. Notre analyse se fonde sur l’étude du centre de rayonnement synchrotron SOLEIL, localisé sur le pôle scientifique du Plateau de Saclay et opérationnel depuis 2008. En tant que TGIR au service de nombreux chercheurs, les synchrotrons constituent une instrumentation à forte intensité capitalistique, complexe et sophistiquée, mais également à obsolescence rapide, auto-entretenue par l’innovation et la créativité perpétuelle qui caractérisent les activités des communautés de scientifiques et d’ingénieurs dédiés à leur opération et développement.

De nombreux travaux en économie, gestion et sociologie de la science et de l’innovation ont souligné le rôle des TGIR en tant que plates-formes technologiques où des équipes issues d’organisations ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arman Avadikyan, Laurent Bach, Gilles Lambert, Christophe Lerch et Sandrine Wolff, « Dynamique des modèles d’affaires et écosystème : le cas des synchrotrons », Revue d'économie industrielle, 146 | 2014, 153-186.

Référence électronique

Arman Avadikyan, Laurent Bach, Gilles Lambert, Christophe Lerch et Sandrine Wolff, « Dynamique des modèles d’affaires et écosystème : le cas des synchrotrons », Revue d'économie industrielle [En ligne], 146 | 2e trimestre 2014, mis en ligne le 15 mai 2016, consulté le 28 mai 2017. URL : http://rei.revues.org/5822 ; DOI : 10.4000/rei.5822

Haut de page

Auteurs

Arman Avadikyan

BETA (Bureau d’Économie Théorique et Appliquée)
UMR 7522 - Université de Strasbourg et CNRS

Laurent Bach

BETA (Bureau d’Économie Théorique et Appliquée)
UMR 7522 - Université de Strasbourg et CNRS

Gilles Lambert

BETA (Bureau d’Économie Théorique et Appliquée)
UMR 7522 - Université de Strasbourg et CNRS

Articles du même auteur

Christophe Lerch

BETA (Bureau d’Économie Théorique et Appliquée)
UMR 7522 - Université de Strasbourg et CNRS

Sandrine Wolff

BETA (Bureau d’Économie Théorique et Appliquée)
UMR 7522 - Université de Strasbourg et CNRS

Haut de page

Droits d'auteur

© Revue d’économie industrielle

Haut de page