Navigation – Plan du site

Innovation disruptive et naissance d’un écosystème : voyage aux origines de l’internet

Pierre Barbaroux
p. 27-59

Résumés

À partir d’une étude de cas historique, cette contribution explore les conditions d’émergence du premier « écosystème d’affaires » : l’écosystème des technologies de l’information et de la communication (TIC). Le cas concerne le projet de déploiement du premier réseau de communication et de partage de ressources numériques entre ordinateurs géographiquement distants : ARPANET (pour « ARPA NETwork »). Contrairement à la majorité des travaux qui considèrent que les écosystèmes d’affaires sont le résultat de l’action stratégique de « firmes pivots », l’hypothèse défendue dans cette contribution est que l’écosystème des TIC est né d’une rupture technologique portée par une communauté d’organisations publiques et privées, notamment des chercheurs, les grandes firmes commerciales étant reléguées à la périphérie.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

1. Introduction
2. Cadre conceptuel
2.1. Écosystème d’affaires : éléments de définition
2.2. La firme, acteur central de la naissance d’un écosystème ?
3. ARPANET : une étude de cas historique
3.1. Sources de données
3.2. Analyse des données
3.3. Une brève histoire du projet ARPANET
4. Résultats
4.1. Un projet de recherche exploratoire
4.2. Une diversité d’organisations partenaires
4.2.1. Les agences gouvernementales
4.2.2. Les centres de recherche
4.2.3. Les entreprises de R&D
4.2.4. Les entreprises de télécommunication
4.3. Une communauté de gestion des savoirs
4.3.1. La creation du Network Working Group (NWG)
4.3.2. Les notes du NWG
5. Discussion
5.1. Design de l’écosystème : Diversité des acteurs et des applications
5.2. Gouvernance de l’écosystème : l’alignement des relations formelles et informelles
6. Conclusion

Aperçu du texte

1. Introduction

Depuis quelques années, les chercheurs ont montré que la capacité des firmes d’inventer et de commercialiser de nouveaux biens et services dépend de leur aptitude à mobiliser, combiner et intégrer un ensemble hétérogène de ressources distribuées à l’intérieur comme à l’extérieur de leurs frontières (Chesbrough, 2003). Dans ce contexte, certains auteurs ont étudié de nouvelles formes d’organisation des activités économiques qui exploitent les vertus de l’ouverture et de la coopération entre communautés, et permettent aux firmes de créer de la valeur à travers la production et la commercialisation de biens et de services innovants (Cohendet et al., 2006). Parmi ces nouvelles formes organisationnelles, les écosystèmes d’affaires ont fait l’objet d’une attention particulière de la part des chercheurs en management stratégique (Iansiti et Levien, 2004 ; Moore, 1993). Si les écosystèmes d’affaires déployés par des firmes comme SAP, Amazon, Boeing, Airbus ou Dassault Système...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Barbaroux, « Innovation disruptive et naissance d’un écosystème : voyage aux origines de l’internet », Revue d'économie industrielle, 146 | 2014, 27-59.

Référence électronique

Pierre Barbaroux, « Innovation disruptive et naissance d’un écosystème : voyage aux origines de l’internet », Revue d'économie industrielle [En ligne], 146 | 2e trimestre 2014, mis en ligne le 15 mai 2016, consulté le 23 juin 2017. URL : http://rei.revues.org/5787 ; DOI : 10.4000/rei.5787

Haut de page

Droits d'auteur

© Revue d’économie industrielle

Haut de page