Navigation – Plan du site

Gestion des risques et performance des institutions de microfinance

Hubert Tchakoute Tchuigoua et Mehdi Nekhili
p. 127-148

Résumés

L’objectif de cet article est d’analyser la relation entre la gestion des risques et la performance financière des institutions de microfinance. Les dispositifs analysés relèvent des choix des contrats de crédit et de la régulation prudentielle. La performance est appréhendée sous trois dimensions. Elle renvoie à la rentabilité économique, à la performance opérationnelle et à la qualité du portefeuille. Sur la base d’un échantillon de 148 institutions de microfinance durant la période 2001-2006, notre étude montre que la spécialisation sur un type de contrat améliore la qualité du portefeuille. Plus précisément, les contrats de crédit de groupe améliorent la qualité du portefeuille et influencent négativement la rentabilité économique et la performance opérationnelle, indiquant que le choix des contrats de crédit de groupe conduit les institutions de microfinance à arbitrer entre la rentabilité et la qualité du portefeuille. Enfin, la régulation n’influence en aucune mesure les trois dimensions de la performance susmentionnées.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

Introduction
I. — Revue de la littérature
1.1. Régulation prudentielle et performance des IMF
1.1.1. L’approche organisationnelle
1.1.2. La régulation prudentielle comme dispositif de protection contre le risque d’insolvabilité
2.2. Design des contrats de crédit et performance des IMF
II. — Méthodologie et mesure des variables
2.1. Données et échantillon
2.2. Mesure des variables
2.3. Modèle
III. — Résultats
3.1. Résultats de l’analyse univariée
3.2. Résultats de l’analyse multivariée
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Pour améliorer l’efficacité de la microfinance et garantir sa contribution au développement, Servet (2005) propose de rompre avec le mythe de la quête exclusive de l’efficacité sociale et de la réduction de la pauvreté. L’auteur place la gestion des risques au cœur des nouveaux challenges des institutions de microfinance (désormais IMF). En effet, les praticiens de la microfinance reconnaissent aujourd’hui qu’il n’y a pas de performance durable sans une gestion saine des risques. Cette perspective est essentielle car si l’on veut rendre durable l’action de celles-ci, la sécurisation de leur activité est un préalable incontournable. La gestion des risques peut donc être considérée comme un levier de la performance financière et de la pérennité des IMF. La littérature sur le « risk management » considère le choix en matière de gestion des risques comme des décisions financières (Smith, 2005), c’est-à-dire des décisions qui créent de la valeur. Elle établit un lien entre le...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hubert Tchakoute Tchuigoua et Mehdi Nekhili, « Gestion des risques et performance des institutions de microfinance », Revue d'économie industrielle, 138 | 2012, 127-148.

Référence électronique

Hubert Tchakoute Tchuigoua et Mehdi Nekhili, « Gestion des risques et performance des institutions de microfinance », Revue d'économie industrielle [En ligne], 138 | 2ème trimeste 2012, mis en ligne le 15 avril 2014, consulté le 27 juillet 2014. URL : http://rei.revues.org/5401

Haut de page

Auteurs

Hubert Tchakoute Tchuigoua

BEM – Bordeaux Management School

Mehdi Nekhili

Université de Reims Champagne-Ardenne – Rouen Business School

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Revue d’économie industrielle

Haut de page