Navigation – Plan du site

Que nous apprennent les enquêtes de conjoncture dans l’industrie ?

Thomas Jobert et Lionel Persyn
p. 39-64

Résumés

Les enquêtes de conjoncture dans l’industrie sont une pièce maîtresse du système d’information économique d’un pays. Leurs résultats permettent de calculer plusieurs types d’indicateurs (indicateur de climat des affaires, indicateur de retournement, indicateur avancé) servant soit à situer l’économie dans le cycle, soit à en prolonger la tendance. L’étude des indicateurs de climat des affaires des quatre grandes puissances de l’Europe confirme le constat d’une synchronisation des cycles lors de la dernière décennie. Une analyse plus fine des trois grands secteurs de l’industrie (biens d’investissements, biens intermédiaires, et biens de consommations) conclut à la prédominance d’un cycle national, même si la crise de 2008 met en lumière une hétérogénéité conduisant à des sentiments économiques spécifiques par secteurs.

Haut de page

Notes de l'auteur

Remerciements : nous remercions les deux rapporteurs anonymes pour leurs remarques constructives qui ont permis l’amélioration de ce texte.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

Introduction
I. — L’enquête de conjoncture dans l’industrie, un élément indispensable pour se repérer dans le cycle économique
1.1. Le dispositif national et européen des enquêtes de conjoncture
1.2. Les caractéristiques des enquêtes dans l’industrie
1.3. Les indicateurs synthétiques coïncidents
1.4. Les indicateurs quantitatifs avancés
II. — Couplage ou découplage du sentiment économique des industriels européens ?
2.1. Existe-t-il un sentiment économique commun aux industriels européens ?
2.2. Cycles sectoriels trans-nationaux ou climat industriel national ?
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Il est possible que les enquêtes de sentiment économique, appelées aussi enquêtes de conjoncture, nous apportent une information susceptible de nous éclairer sur nos « esprits animaux » qui décrivent, selon Keynes, une forme particulière de confiance ou d’optimisme naïf : « Lorsqu’il faut un long délai pour qu’elles produisent leur plein effet, nos décisions de faire quelque chose de positif doivent être considérées pour la plupart comme une manifestation de nos esprits animaux, comme l’effet d’un besoin spontané d’agir plutôt que de ne rien faire, et non comme le résultat d’une moyenne pondérée de bénéfices numériques multipliés par des probabilités numériques » (Keynes, 1936, p. 177).

Mais les enquêtes de conjoncture infra-annuelles nous renseignent surtout sur le ressenti des agents et sur leurs anticipations. Elles sont l’une des pièces maîtresses du dispositif permettant de mesurer et d’analyser la conjoncture (1). La nécessité d’outils spécifiques pour mesurer la co...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Jobert et Lionel Persyn, « Que nous apprennent les enquêtes de conjoncture dans l’industrie ? », Revue d'économie industrielle, 138 | 2012, 39-64.

Référence électronique

Thomas Jobert et Lionel Persyn, « Que nous apprennent les enquêtes de conjoncture dans l’industrie ? », Revue d'économie industrielle [En ligne], 138 | 2ème trimeste 2012, mis en ligne le 15 avril 2014, consulté le 31 juillet 2014. URL : http://rei.revues.org/5365

Haut de page

Auteurs

Thomas Jobert

Université Nice Sophia Antipolis
CREDEG, UMR de l’université de Nice Sophia Antipolis et du CNRS (UMR 6227)

Lionel Persyn

Université de Nice Sophia Antipolis

Haut de page

Droits d'auteur

© Revue d’économie industrielle

Haut de page