Navigation – Plan du site

L’articulation des objectifs technico-économiques et environnementaux au sein de projets d’éco-innovations

Le cas de la filière bois aquitaine
Marie-Claude Bélis-Bergouignan, Rachel Levy, Vanessa Oltra et Maïder Saint-Jean
p. 9-38

Résumés

Cet article présente l’étude de neuf projets de recherche collaboratifs d’éco-innovations émanant de la filière bois aquitaine et labellisés par le pôle de compétitivité Xylofutur. Il s’agit d’étudier comment les acteurs perçoivent et articulent les objectifs environnementaux et non environnementaux de leur projet. Nous exploitons des données originales issues d’un questionnaire portant sur les objectifs des éco-innovations, et adressé à l’ensemble des acteurs de ces neuf projets. À l’aide d’une ACP, nous montrons que ces projets sont guidés par une structure complexe et variable d’objectifs, au sein desquels les visées environnementales ne sont pas toujours prioritaires. Notre analyse montre que les acteurs établissent ainsi des combinaisons spécifiques d’objectifs environnementaux et technico-économiques jugés prioritaires.

Haut de page

Notes de l'auteur

Cette étude a bénéficié du concours du conseil régional d’Aquitaine. Les auteurs expriment toute leur gratitude aux acteurs de la filière qui ont accepté de les recevoir et d’être interviewés.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

Introduction
I. — Le cas des projets d’éco-innovations de la filière bois aquitaine
1.1. Le contexte de l’étude : l’émergence de projets d’éco-innovations au sein de la filière bois aquitaine
1.2. Les traits stylisés des projets d’éco-innovations sélectionnés
II. — Les objectifs conduisant à la mise en place d’éco-innovations
2.1. Une diversité d’objectifs, traditionnellement mise en exergue
2.2. Une grille de lecture appréhendant simultanément la diversité des objectifs des éco-innovations
III. — L’analyse de la perception et de l’articulation des objectifs des projets d’éco-innovations
3.1. Multiplicité et variabilité de objectifs environnementaux
3.2. Des combinaisons technico-économiques différenciées
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Cet article présente l’étude de cas de neuf projets de recherche collaboratifs (entre entreprises et organismes de recherche publique) portant sur des éco-innovations émanant de la filière bois aquitaine, et labellisés par le pôle de compétitivité Xylofutur. Les éco-innovations (encore appelées innovations environnementales) sont définies par la production, l’application ou l’exploitation d’un nouveau produit ou procédé qui, à travers son cycle de vie, va induire une réduction des risques environnementaux, de la pollution ou des impacts négatifs de l’utilisation des ressources (Kemp, 2000). Comme l’ont souligné Oltra et Saint-Jean (2005a, 2005b), les éco-innovations expriment les compromis technico-économiques par lesquels les firmes cherchent à combiner des objectifs environnementaux avec des objectifs de compétitivité et de coût. Ce caractère multidimensionnel a déjà été souligné par Porter et van der Linde (1995) qui introduisent la notion d’effets de compensation par...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Claude Bélis-Bergouignan, Rachel Levy, Vanessa Oltra et Maïder Saint-Jean, « L’articulation des objectifs technico-économiques et environnementaux au sein de projets d’éco-innovations », Revue d'économie industrielle, 138 | 2012, 9-38.

Référence électronique

Marie-Claude Bélis-Bergouignan, Rachel Levy, Vanessa Oltra et Maïder Saint-Jean, « L’articulation des objectifs technico-économiques et environnementaux au sein de projets d’éco-innovations », Revue d'économie industrielle [En ligne], 138 | 2ème trimeste 2012, mis en ligne le 15 avril 2014, consulté le 20 décembre 2014. URL : http://rei.revues.org/5352

Haut de page

Auteurs

Marie-Claude Bélis-Bergouignan

GREThA (UMR CNRS 5113), université Montesquieu-Bordeaux IV

Rachel Levy

LEREPS, université Toulouse 1

Vanessa Oltra

GREThA (UMR CNRS 5113), université Montesquieu-Bordeaux IV

Maïder Saint-Jean

GREThA (UMR CNRS 5113), université Montesquieu-Bordeaux IV

Haut de page

Droits d'auteur

© Revue d’économie industrielle

Haut de page