Navigation – Plan du site

Considérer les relations interfirmes pour comprendre l’adoption de pratiques socialement responsables : arguments à partir d’une critique du Business Case

Vincent Frigant
p. 65-84

Résumés

Cet article s’interroge sur les facteurs explicatifs de l’engagement dans la responsabilité sociale des entreprises. Le paradigme dominant dans la littérature des sciences de gestion cherche des fondements calculatoires aux pratiques socialement responsables. Le business case illustre bien ce paradigme mais cette démarche pose un problème méthodologique car il exagère la capacité décisionnelle des firmes et néglige les pratiques concrètes de la coordination interfirmes. À partir de l’exemple de l’industrie automobile, nous montrons comment le fonctionnement des relations interfirmes empêche la progression de pratiques socialement responsables. La conclusion appelle de ses vœux à l’investissement de cette thématique par les travaux s’inscrivant dans le champ de la dynamique industrielle.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

I. — Les limites des approches centrées sur la firme
1.1. Une évaluation critique du Business Case
1.2. Les insuffisances d’une lecture top-down dans les approches en termes de chaînes de valeur responsables
II. — Le fonctionnement des relations interfirmes permet-il le développement de pratiques socialement responsables ? Éléments de réponse à partir de l’industrie automobile
2.1. D’une convergence apparente sur la définition du produit aux conflits d’intérêt touchant à des enjeux environnementaux et sociétaux
2.2. Des modes de livraisons environnementalement et sociétalement irresponsables
2.3. Des objectifs contractuels pesant sur les emplois dans les pays développés et les conditions de travail
Conclusion

Aperçu du texte

La question de la Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) est devenue depuis quelques années une problématique centrale de la vie des entreprises et a entraîné un nombre important de publications en sciences sociales. Une question largement débattue concerne la motivation des entreprises. Comme l’observe M. Porter (cité par Gond, Igalens, 2008, p. 78), quelles que soient les motivations profondes de l’équipe dirigeante, celle-ci doit nécessairement, à un moment ou un autre, justifier de son engagement dans la RSE en développant une argumentation en termes de rentabilité. Ainsi, la littérature en économie, et plus encore en gestion, s’est considérablement attachée à expliquer en quoi les pratiques socialement responsables étaient compatibles, ou non, avec la performance économique. Plusieurs voies analytiques ont été empruntées en fonction de la signification donnée à la RSE et des fondements théoriques adoptés (pour des synthèses cf. Gond, Igalens, 2008 ; Capron, Quairel-Lanoiz...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Frigant, « Considérer les relations interfirmes pour comprendre l’adoption de pratiques socialement responsables : arguments à partir d’une critique du Business Case », Revue d'économie industrielle, 137 | 2012, 65-84.

Référence électronique

Vincent Frigant, « Considérer les relations interfirmes pour comprendre l’adoption de pratiques socialement responsables : arguments à partir d’une critique du Business Case », Revue d'économie industrielle [En ligne], 137 | 1er trimeste 2012, mis en ligne le 15 janvier 2014, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://rei.revues.org/5297

Haut de page

Auteur

Vincent Frigant

GREThA UMR CNRS 5113

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Revue d’économie industrielle

Haut de page