Navigation – Plan du site
2

La complémentarité banque/microfinance dans les économies en développement : une perspective théorique

François-Seck Fall
p. 31-56

Résumés

La complémentarité entre les secteurs bancaire et microfinancier est une thèse souvent avancée dans les débats sur l’articulation entre les deux secteurs dans les économies en développement. Seulement, aujourd’hui, rares sont les travaux qui ont cherché à en fournir un fondement théorique. Dans cet article, nous nous proposons de partir de la littérature sur les raisons d’existence des intermédiaires financiers et de la littérature sur la coopération interfirmes pour donner un fondement théorique à la complémentarité entre les deux types d’intermédiaires. Sur cette question, la théorie des asymétries d’information et des coûts de transaction, dans une approche à la Richardson, donne un cadre d’analyse fascinant, à la complémentarité entre ces derniers.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2015.
Consulter cet article

Plan

I. — Introduction
II. — La complémentarité a travers la théorie de l’intermédiation financière
a. Asymétries d’information et complémentarité Marchés financiers/Banques
b. Asymétries d’information et complémentarité Banques/IMF
i. Les limites de la technologie bancaire dans le financement des populations à faible revenu
ii. Les mécanismes sui generis en microfinance
Microfinance et résolution des problèmes de sélection adverse
Microfinance et résolution des problèmes d’aléa moral
Microfinance et problèmes d’incitation au remboursement
III. — La complémentarité a travers la théorie de l’organisation industrielle
a. L’analyse de la complémentarité chez G.-B. Richardson (1972)
b. Quelques exemples illustratifs
• Collatéral matériel versus collatéral social
• La complémentarité dans le financement des PME : l’exemple du « produit migration »
IV. — Conclusion : une complémentarité qui s’accompagne naturellement d’une concurrence

Aperçu du texte

I. — Introduction

Parmi les facteurs généralement considérés comme étant la cause du faible niveau de développement des économies du Sud, on note la difficulté d’accès aux services financiers pour les pauvres. En effet, ces derniers sont généralement exclus du crédit bancaire, parce qu’ils ne sont pas en mesure de fournir des garanties matérielles suffisantes, et aussi parce que les coûts de sélection, de surveillance et d’incitation sont très importants pour que l’activité soit rentable pour les banques. De ceci découle une exclusion, plutôt involontaire, qui s’explique par l’incapacité de la technologie bancaire à jouer un rôle efficient dans le milieu des catégories à faible revenu. En réponse, à cette exclusion, la microfinance est apparue il y a plus d’une trentaine d’années, et joue depuis lors un rôle déterminant dans la collecte de l’épargne et le financement des populations à faible revenu. Aujourd’hui elle est devenue une forme importante de l’intermédiation financière. Au ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François-Seck Fall, « La complémentarité banque/microfinance dans les économies en développement : une perspective théorique », Revue d'économie industrielle, 133 | 2011, 31-56.

Référence électronique

François-Seck Fall, « La complémentarité banque/microfinance dans les économies en développement : une perspective théorique », Revue d'économie industrielle [En ligne], 133 | 1er trimestre 2011, document 2, mis en ligne le 15 mars 2013, consulté le 01 novembre 2014. URL : http://rei.revues.org/4940

Haut de page

Auteur

François-Seck Fall

CARE, université de Rouen – CRES, université Cheikh Anta Diop de Dakar

Haut de page

Droits d'auteur

© Revue d’économie industrielle

Haut de page