Navigation – Plan du site
Ouvrages reçus

Ouvrages reçus

p. 111-114

Texte intégral

Philippe Moati, « L’économie des bouquets. Le marché des solutions dans le nouveau capitalisme », Éditions de l’Aube, Paris, 2008

1Une des caractéristiques essentielles des économies de marché est leur capacité à transformer justement l’organisation des marchés, les modalités de mise en relation des offres et des demandes. L’objet de cet ouvrage écrit par P. Moati est de rendre compte d’une de ces évolutions récentes majeures, les bouquets. Un rasoir avec un lot de lames de rechange, un ensemble informatique multimédia, une offre d’entretien et une assurance accompagnant la vente d’une automobile, la vente de tous les éléments d’une salle de bain aménagée sur mesure... Quel est le point commun à l’ensemble de ces offres commerciales ? Ce sont des « bouquets » qui réunissent des biens et des services, habituellement vendus sur des marchés distincts, mais qui sont complémentaires dans leur capacité à apporter des solutions à certains types de « problèmes » rencontrés par leurs clients. Les marchés de solutions autour d’offres en bouquet ont connu un développement très rapide dans les marchés inter-entreprises au cours des vingt dernières années. Ils se diffusent aujourd’hui sur les marchés de consommation. Le développement des technologies internet est de nature à accentuer ce phénomène ; les consommateurs se voient désormais offrir des produits complexes, qu’ils peuvent eux-mêmes assembler, dans la micro-informatique ou dans le tourisme par exemple. Expression de l’émergence d’un nouveau capitalisme piloté par l’aval, cet essor est en train de modifier en profondeur l’architecture du système productif.

2Ce livre s’interroge sur l’interprétation qu’il convient de donner au développement de ce nouveau type d’offres, et analyse les problématiques spécifiques qu’elles soulèvent sur le plan de la nature de la relation marchande et sur celui de l’organisation des activités productives.

Cyril Adoue, « Mettre en œuvre l’écologie industrielle », Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, 2007

3Qu’est-ce que l’écologie industrielle ? Cette expression (un oxymore nous dit l’auteur) doit s’entendre comme « l’écologie des sociétés industrielles » dans laquelle la société industrielle est appréhendée comme un écosystème particulier de la biosphère, régi par des principes communs aux systèmes naturels. L’objectif de l’écologie industrielle est d’apporter des éléments de réponse à la très complexe équation du développement durable, et d’accompagner la transition de notre société industrielle contemporaine vers des modes de fonctionnement plus durables. Une des approches mises en œuvre consiste, comme dans un écosystème, à boucler les flux de matières et d’énergie qui structurent le fonctionnement d’un territoire humanisé. Les déchets, effluents ou excédents énergétiques se substituent aux ressources non renouvelables consommées jusqu’alors. Fruit de longues années de recherche et de pratique, cet ouvrage expose l’ensemble des éléments méthodologiques et techniques nécessaires pour la mise en œuvre de ce type de démarche sur un territoire donné.

Sophie Boutillier, Irina Peaucelle, Dimitri Uzunidis (sous la direction de), « L’économie russe depuis 1990 », Bruxelles, De Boeck, 2008

4L’objectif de cet ouvrage collectif est d’analyser les transformations économiques et politiques engendrées par les réformes politiques et sociales des années 1990 pour dessiner un système économique nouveau. Depuis 1991, l’économie russe est entrée dans une période de transformation d’une économie planifiée à une économie de marché. Ce processus a des conséquences très importantes sur l’organisation économique du pays (développement des relations marchandes, du secteur privé, du marché financier, etc.) et sur la vie quotidienne des Russes.

5Les chercheurs qui ont participé à cet ouvrage tentent d’apporter des réponses aux questions suivantes : Quelles sont les conséquences économiques et sociales de ces réformes ? Comment évoluent les rapports économiques et politiques internationaux ? Quelle est la place de la Russie dans l’économie du savoir ? L’élargissement de l’Union européenne offre-t-elle de nouvelles perspectives à la Russie ? Quelle est la place de la Russie dans la structuration des espaces économiques du voisinage européen ? Quelles sont les perspectives d’intégration ? L’originalité principale de cet ouvrage est de présenter de manière combinée des domaines de recherche économique, sociale et politique. Les auteurs (français et russes) ont à la fois cherché à donner une vue d’ensemble et dans une perspective historique de l’économie russe d’aujourd’hui, tout en focalisant l’attention du lecteur sur des domaines particuliers (l’économie parallèle, le droit du travail, les médias, les rapports Est-Ouest, etc.).

Blandine Laperche, Dimitri Uzunidis (sous la direction de), « Powerful Finance and Innovation Trends in a High-Risk Economy », Palgrave MacMillan, 2008

6Le capitalisme contemporain est dominé par l’innovation et la finance, deux facteurs qui obéissent souvent à des logiques différentes. La finance peut être associée à la spéculation, ou à des comportements de court terme des entreprises qui bloquent plutôt que promeuvent l’innovation. Les essais rassemblés dans cet ouvrage collectif par B. Laperche et D. Uzunidis traitent essentiellement des bénéfices associés à l’innovation et aux risques et distorsions associés à la finance dans le capitalisme contemporain. Dans les années récentes, les économies ont connu une croissance importante souvent associée au progrès technologique ou à l’innovation ; comment dès lors rendre ces mouvements compatibles avec l’instabilité et les stratégies de court terme caractéristiques selon les auteurs du capitalisme ? Les différents articles composant cet ouvrage s’attachent à répondre à cette question. Les articles sont regroupés en deux parties, qui analysent la finance dans les économies fondées sur la connaissance, et les trajectoires d’innovation et la profitabilité dans les stratégies d’entreprises.

David Bailey, Dan Coffey and Phil Tomlison (eds.), « Crisis or recovery in Japan; state and industrial economy », Edward Elgar Publishing, 2007

7Cet ouvrage collectif analyse la crise économique et le redressement de l’économie japonaise ces dernières années. Plus fondamentalement, il analyse le rôle des entreprises, de l’État, de la politique macro-économique et industrielle ces dernières années, tente de tirer les leçons de cette expérience pour les autres économies, et pour les conséquences sur le célèbre « modèle japonais ». L’ouvrage rassemble un ensemble d’articles originaux associant des spécialistes japonais, européens et américains. Il est organisé selon différent thèmes, les causes de la récession au Japon, le modèle de la firme J et la pertinence des modèles économiques standard pour le Japon, la politique macro-économique et le système financier, les entreprises japonaises, et plus particulièrement les petites entreprises, dans le processus de globalisation, le système d’innovation japonais et le renouveau de l’économie. Un ouvrage de référence sur les évolutions de l’économie japonaise et les leçons à en tirer.

Philip Cooke, Luciana Lazzeretti (eds.), « Creative Cities, Cultural Clusters And Local Economic Development », Edward Elgar Publishing (New Horizons in Regional Science), Cheltenham, 2008

8Cet ouvrage collectif dirigé par P. Cooke et L. Lazzaretti s’inscrit dans les débats contemporains sur les relations entre culture, créativité, talents, et développement local. De nombreuses questions ont été soulevées dans ces débats. Quels sont les apports du concept de culture à l’explication du développement urbain ? Comment la contribution de la culture comme facteur de la croissance locale peut-elle être mesurée ? Est-ce que la culture comme source de régénération urbaine peut être utilisée et mise en œuvre dans des politiques de développement local ? Est-ce le cas ? Il n’existe pas suffisamment dans la littérature d’éléments empiriques permettant de valider ou d’éclairer ces débats. L’ouvrage dirigé par P. Cooke et L. Lazzaretti entend contribuer à l’analyse des différentes questions posées et à combler le vide empirique existant. Il ne prétend pas donner ou construire une vision ou conceptualisation unique des éléments de son titre, « creative cities », « cultural clusters » ou « local economic development », mais différents éclairages déclinés en quatorze chapitres. Les chapitres sont regroupés en deux parties, les districts ou clusters culturels et le développement économique local, les industries « créatives » et le développement économique local.

Leiggener Régina, « Interagir pour innover. Une technologie médicale au cœur du réseau », Peter Lang, Berne, 2008

9La recherche à l’origine de cet ouvrage a reçu le prix Aydalot 2005 de la meilleure thèse de l’Association de Science Régionale de Langue Française (ASRDLF).La dimension locale a le vent en poupe. Au niveau politique, des projets voient le jour, du parc scientifique au pôle médical. Ils misent sur la capacité des individus physiquement proches à collaborer et insistent sur la valorisation du savoir produit par cette proximité à des fins de développement régional.

10Mais peut-on vraiment prétendre que la proximité physique engendre automatiquement l’excellence, la compétitivité, l’innovation ? L’auteur affirme que cela ne va de soi. Pour appuyer cette thèse, elle a analysé un projet médical, dans ses dimensions relationnelles, technologiques et institutionnelles, par des approches géographiques, sociologiques et économiques. Au-delà des dynamiques qui catalysent l’innovation, l’auteur interroge l’importance des valeurs attribuées à la proximité (confiance, identité, communauté) et aux réseaux (équité, transparence, accessibilité). L’ouvrage s’attache ainsi à présenter les différentes analyses de réseaux d’innovation, et les implications de la dimension locale. Il définit les modalités d’analyse des projets d’innovation et s’appuie sur un cas d’étude, le projet ColoStim, une technologie médicale au cœur du réseau.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Ouvrages reçus », Revue d'économie industrielle, 123 | 2008, 111-114.

Référence électronique

« Ouvrages reçus », Revue d'économie industrielle [En ligne], 123 | 3e trimestre 2008, mis en ligne le 15 septembre 2010, consulté le 23 juin 2017. URL : http://rei.revues.org/3927

Haut de page

Droits d'auteur

© Revue d’économie industrielle

Haut de page