Navigation – Plan du site
Ouvrages reçus

Compte-rendus

p. 125-130

Plan

Haut de page
BESSY C., « La contractualisation de la relation de travail », Ed. EJA-LGDJ, collection « Droit et Société », ouvrage publié avec le concours du Centre d’études de l’emploi, Paris, 2007

Comment sont définis aujourd’hui les termes de la relation de travail ? Quelle est la place respective du contrat, des accords collectifs, de la loi et du pouvoir de l’employeur ? Le renforcement des droits individuels des salariés est-il suffisant pour leur assurer une véritable protection ? Quelles sont les conditions d’efficacité du droit du travail et de sa réforme ?

C’est à cet ensemble de questions que s’attache à répondre ce livre sur la base de l’étude de plus de quatre cents contrats de travail, d’interviews de « professionnels du droit » et d’études de cas de litiges. L’approche pluridisciplinaire retenue permet d’analyser la diversité des pratiques contractuelles des entreprises, leur évolution en lien avec les transformations contemporaines du droit du travail et de la gestion des ressources humaines, ainsi que les injustices et les litiges qu’elles peuvent occasionner. Au total, l’ouvrage propose en dix chapitres un état très complet des questions liées à la contractualisation de la relation de travail.

BENZONI L., GEOFFRON P. (dir.), “A collection of essays on Competition and Regulation with Asymmetries in Mobile Markets”, Quantifica

Laurent Benzoni et Patrice Geoffron ont coordonné cet ouvrage intitulé « Competition and Regulation with Asymmetries in Mobile Markets ». Les économistes traitant de la concurrence entre opérateurs de réseaux ont longtemps retenu une hypothèse simplificatrice de « symétrie » des opérateurs. La concurrence sélectionne alors les plus efficients et un acteur qui n’atteint pas la taille critique est, dans cette approche, inefficient. L’asymétrie est ici « endogène », car imputable aux mécanismes internes au marché. La réalité des marchés et la progression théorique modifient radicalement cette vision. Dès lors que les acteurs se trouvent en situation d’asymétrie – par exemple sur le marché des mobiles à cause de l’attribution décalée dans le temps des licences – un déséquilibre structurel peut s’instaurer entre premiers et derniers entrants du fait des avantages et/ou des comportements des acteurs en place que la régulation ignore ou ne corrige pas suffisamment. L’asymétrie n’est plus endogène mais exogène. Elle ne peut être assimilée à une inefficience des derniers entrants qui la subissent.

Cet ouvrage collectif rassemble les réflexions économiques de contributeurs européens et asiatiques s’intéressant aux « asymétries » exogènes entre opérateurs mobiles. Sont abordés l’origine et la nature des avantages dont bénéficient les premiers entrants, les effets concurrentiels des externalités positives (effets de réseau et de club), les effets de levier obtenus par les tarifications différenciées des interconnexions, etc. Les conclusions viennent rappeler l’impératif d’une concurrence en infrastructures entretenue par des opérateurs nombreux et indépendants et les vertus autant que la nécessité d’adopter une approche fine et circonstanciée des mesures de régulation asymétriques. Le pilotage de la fixation de tarifs de terminaisons d’appel asymétriques en fonction de l’équilibre structurel des marchés en constitue un champ d’application immédiat et crucial.

Innovations, Cahiers d’économie de l’innovation « Stratégies d’innovation et performances sectorielles », de Boeck, n°25, 2007/1

Les auteurs de ce numéro d’Innovations présentent les enjeux sectoriels relatifs à différents processus d’innovation et les méthodes mises en œuvre par les entreprises pour renforcer leurs avantages compétitifs. L’innovation relative à la finance, à l’informatique, les biotechnologies, la pharmacie, la métallurgie, l’aéronautique, la grande distribution et les services est analysée par les auteurs, avec une attention particulière aux relations finance et stratégies industrielles. Le numéro est composé des contributions de El Mouhoub Mouhoud et Dominique Plihon (Finance et économie de la connaissance : des relations équivoques), Faruk Ülgen (La dynamique de financement de l’innovation), Christian Genthon (Une analyse de R & D industrielle de longue période : le cas de l’industrie informatique), Marc-Hubert Depret et Abdelillah Hamdouch (Changements technologiques, logiques institutionnelles et dynamiques industrielles. Esquisse d’une approche co-évolutionnaire appliquée à l’industrie pharmaceutique et aux biotechnologies), Leïla Temri et Pablo Kreimer (Développement des connaissances, besoins sociaux et innovation : un chemin difficile. La maladie de chagas en Amérique latine), Nicolas Mouchino et Olivier Sautel (Coordination productive et enjeux concurrentiels au sein d’une industrie modulaire : l’exemple d’Airbus), Laurent Muller (Innovation et efficacité de protection des technologies des entreprises d’ingénierie métallurgique), Camal Gallouj (Innovation commerciale et usage du temps des ménages : un cadre conceptuel), Céline Merlin-Brogniart (Compétitivité, innovation et services publics marchands).

Claude COURLET (dir.), « Territoire et développement économique au Maroc, le cas des systèmes productifs localisés », Economie critique, L’Harmattan, Paris, 2007

S’inscrivant dans un courant d’analyse économique qui accorde une forte territorialité aux phénomènes économiques, cette étude évalue cette problématique à propos du cas marocain. Le territoire est considéré comme un moteur de développement. Le développement naît du partenariat entre les acteurs locaux réunis autour d’un projet où le territoire est un support de relations sociales plus qu’un cadre spatial prédéterminé. L’ouvrage rend compte d’un travail d’enquête important dans différents secteurs d’activités, de l’agriculture au tourisme, par Claude Courlet, Nacer El Kadiri, Ali Fejjal, Ameziane Ferguene, Michel Hollard, Larbb Jaïdi, Lahsen Jennan, Moamed Souissi, Larbi Zagdouni. L’ouvrage est construit autour de quatre chapitres, définition de la notion de système productif localisé, application au Maroc, illustrations empiriques, éléments d’une stratégie de développement des SPL au Maroc.

D. UZUNIDIS (dir.), « Pépinière d’entrepreneurs : le capitalisme », Ed. L’Harmattan, L’esprit économique, série Economie et Innovation, 2006, Paris

Quand l’entrepreneur éternue, l’économie s’enrhume ! Héros de l’économie ou enfant du capitalisme ? L’entrepreneur existe et s’enrichit parce que le capitalisme le lui permet. Pour comprendre les entrepreneurs, il faut comprendre le capitalisme. Celui-ci est la pépinière de ceux-là. Les auteurs se réfèrent à l’évolution du capitalisme et à ses fonctions pour mieux présenter la place particulière que tient l’entrepreneur dans l’économie contemporaine. Après une partie historique, les auteurs explorent les évolutions du capitalisme européen, les TPR, les milieux innovateurs, sans toutefois considérer le cas des entrepreneurs sociaux. L’ouvrage réunit des contributions de G. Barisi, S. Boutillier, G. Caire, F. Dannequin, H. Jorda, D. Lanoè, B. Laperche et D. Uzinidis.

Pierre BACHER, « L’énergie en 21 questions », Paris, Odile Jacob, 2007

Pierre Bacher, ancien directeur technique responsable des projets d’EDF, expert auprès de l’Académie des technologies et de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques, fait un bilan d’expert praticien sur toutes les sources d’énergie.

L’ouvrage est construit, en 21 chapitres qui sont autant de questions : l’électricité est-elle le plus sûr moyen de gaspiller l’énergie ? Et le vent ? Le charbon, énergie sale ? Le gaz naturel énergie propre ?… L’ouvrage veut nourrir un débat citoyen en délivrant une information rigoureuse sur les différents aspects du débat contemporain sur l’énergie.

M. BENSAïD, N. EL AOUFI, M. HOLLARD (dir.), « Economie des organisations. Tendances actuelles », L’Harmattan, Paris & Economie critique, Rabat

Cet ouvrage n’est pas un manuel au sens classique du terme. Il se veut d’abord un outil facilitant une démarche de recherche personnelle de la part du lecteur. Il s’adresse aussi bien aux étudiants de masters s’orientant vers un travail de recherche qu’à toute personne désirant mettre à jour ses connaissances en économie dans le domaine des organisations (entreprises, administrations, établissements publics, collectivités locales, systèmes de production localisés, etc.).

Cet ouvrage est le résultat de nombreux échanges entre enseignants et étudiants – réalisés grâce au programme TEMPUS MEDA de la CE (2003-2007) – des deux rives de la Méditerranée. Les auteurs : L. Baraldi, M. Bensaïd, B. Billaudot, N. El Aoufi, F. Eymard-Duvernay, O. Favereau, A. Garapin, M. Hollard, D. Llerena, J-C. Monateri, N. Richebé, Y. Saillard.

Jean-Pierre ANGELIER, « Economie des industries de réseau », PUG Economie, collection : Economie en plus, Grenoble, 2007

En France comme dans la plupart des pays, tout un pan de l’économie connaît une mutation profonde engagée depuis plusieurs années déjà : les industries de réseau, qui étaient organisées sous forme de monopoles publics, sont désormais ouvertes à la concurrence et privatisées. Ce sont les télécommunications, la poste, les transports (urbains, ferroviaires, aériens, routiers, maritimes), l’audiovisuel, les industries de l’eau, du gaz, de l’électricité. Cet ouvrage explique pourquoi ces secteurs étaient organisés en monopoles publics, pourquoi et comment ils sont désormais ouverts à une concurrence régulée, les entreprises publiques étant privatisées. Les développements de théorie économique et les démonstrations graphiques présentés ici sont richement illustrés d’exemples pris dans plusieurs pays, à différentes époques. L’ouvrage se présente comme un manuel destiné aux étudiants en économie, en science politique, aux élèves ingénieurs concernés par le sujet. Il s’adresse aussi au citoyen éclairé soucieux de comprendre cette évolution discrète mais profonde des mécanismes économiques auxquels chacun de nous est quotidiennement confronté.

Faridah DJELLAL, Camal GALLOUJ, « Introduction à l’économie des services », PUG Economie, collection : Economie en plus, Grenoble, 2007

Les services sont au cœur de nos économies modernes. À la fois par leur contribution à l’emploi, au PIB, à l’innovation et à la performance globale du système productif, ils constituent véritablement la « nouvelle richesse des nations ».

Cet ouvrage vise à présenter l’essentiel des éléments du débat contemporain sur l’économie et la société de service. Au-delà des clarifications conceptuelles et de la présentation des principaux traits et caractéristiques de ce secteur déterminant, il propose une analyse détaillée des dynamiques qui l’animent et les illustre par de nombreux exemples. L’ouvrage constituera une référence utile à tous ceux (universitaires et professionnels) qui souhaitent comprendre les enjeux d’un des secteurs les plus importants de nos économies contemporaines.

Lucien KARPIK, « L’économie des singularités », Editions Gallimard, bibliothèques des sciences humaines, Paris, 2007

L’ouvrage de L. Karpik, sociologue, se propose de construire des outils d’analyse pour rendre la singularité intelligible et la soumettre à l’action humaine. Lorsque nous cherchons un bon roman, un bon film, restaurant, médecin ou avocat, nous ne doutons pas que ces pratiques familières et répétées relèvent d’une connaissance sérieuse. Et, cependant, ces produits culturels, ces services professionnels personnalisés et, plus généralement, tous ces produits ici assimilés à des singularités, caractérisés par la valeur symbolique et par l’incertitude sur la qualité, restent étrangement indéterminés. Leur marché conserve tout son mystère. Telle est l’origine de l’économie des singularités. Comme système d’analyse, elle est organisée autour de deux principes généraux. D’une part, la nécessaire intervention, pour que l’échange puisse se former, des dispositifs de connaissance : les appellations, labels, marques, stars, marketing et promotion, critiques, prix littéraires ou cinématographiques, best-sellers, hit-parades ainsi que les réseaux. D’autre part, la primauté de la concurrence par les qualités sur la concurrence par les prix. La démarche s’oppose si frontalement à l’orthodoxie économique qu’elle appelle l’épreuve du réel. De là, des études concrètes qui portent aussi bien sur les dispositifs de connaissance, comme les guides (Michelin, Hachette, Parker), le Top 50 ou les réseaux, que sur les marchés : ceux des grands vins, par exemple, des films, des disques de variétés, des avocats et des médecins, des cours particuliers, des biens de luxe.

Alain RALLET et André TORRE (dir.), « Quelles proximités pour innover ? », L’Harmattan, Paris. Collection : Géographies en liberté, 2007

L’ouvrage propose de revenir sur la relation innovation — territoire, devenu à la mode dans les années 80, qu’il s’agisse des technopoles, des clusters, des pôles de compétitivité ou des aides de toutes sortes. Aujourd’hui, au regard de la formidable concentration spatiale des activités d’innovation et du succès de zones telles que la Silicon Valley ou Sophia Antipolis, on considère que la proximité géographique est nécessaire, voire essentielle, à l’innovation et à la diffusion des connaissances. Mais est-ce certain ? Est-il réellement nécessaire d’être proches pour innover ? Le présent ouvrage, écrit par des économistes, des sociologues et des gestionnaires, se penche avec scepticisme sur cette question à partir d’exemples pris dans différentes régions françaises. L’analyse des facteurs de localisation des activités innovantes et des caractéristiques des systèmes localisés d’innovation, ainsi que l’étude des questions de géographie des connaissances et de leur diffusion locale permettent de relativiser le dogme de la proximité géographique et de mettre à jour les ressorts spatiaux souvent complexes des activités d’innovation, qu’il s’agisse des multiples canaux de diffusion ou de la possibilité de rencontres temporaires entre entreprises et organisations innovantes. L’ouvrage contient des contributions de Rémi Lallement, El Mouhoub Mouhoud, Sandrine Paillard, Messaoud Zouikri, Adel ben Youssef, Michel Quéré, Jean-Marc Zuliani, Claudine Gay, Fabienne Picard, Jean-Alain Héraud, Francis Munier, Patrick Rondé, Nadine Massard, Stéphane Riou, Delphine Gallaud et André Torre.

Stéphane SAUSSIER, Anne YVRANDE-BILLON, « Economie des coûts de transaction », La Découverte, collection Repères/Economie n°407

Pourquoi certains accords contractuels sont-ils plus conflictuels que d’autres ? Pourquoi certaines entreprises externalisent-elles une partie de leur production ? Les partenariats public-privé sont-ils un moyen efficace d’organiser la production de services publics ?

La théorie des coûts de transaction est devenue un cadre de référence pour étudier les modes de coordination de l’activité économique. Cet ouvrage présente les bases ainsi que les principales propositions. Il évoque les différents champs d’application de la théorie ainsi que les tests empiriques qui la corroborent bien souvent en six chapitres : Le concept de coûts de transaction, Les structures de gouvernance, Les propositions théoriques, L’épreuve des faits, Le rôle des institutions et La place de la théorie des coûts de transaction dans la théorie des contrats.

F. COULOMB, « Management des entreprises. Histoire, théories et outils de gestion », Ellipses, collection Gestion, 2007

Plus particulièrement destiné aux étudiants et aux professionnels, ce manuel de management des entreprises offre une synthèse sur l’analyse théorique des organisations, la prise en compte de la dimension historique (fin xixe et xxe siècles), et sur les outils de gestion à la disposition des gestionnaires et des décideurs. L’ouvrage aborde avec le souci d’approfondissement permanent, les grands thèmes du management : les enjeux de structure et de pouvoir, puis l’analyse des grandes fonctions, enfin la stratégie des entreprises. La volonté de confronter les concepts aux pratiques des acteurs fait que tous les concepts et théories mentionnés sont systématiquement rapportés aux pratiques des acteurs. Enfin, l’exploitation fréquente des statistiques, la prise en compte d’exemples sectoriels (l’automobile, la grande distribution, le secteur aérien) et l’examen de cas d’entreprises donnent au lecteur le moyen de se forger son opinion sur la robustesse des éclairages théoriques.