Navigation – Plan du site

Pseudo-génériques et fusions « stratégiques » dans l’industrie du médicament

Laurent Granier et Sébastien Trinquard
p. 23-50

Résumés

Cet article comble le manque de littérature théorique concernant les fusions entre laboratoires de marque et laboratoires de génériques sur les marchés pharmaceutiques. Afin d’empêcher les firmes de génériques d’accroître leurs parts de marché, certaines firmes de marque produisent elles-mêmes des génériques, appelés pseudo-génériques. Nous montrons, pour un duopole à biens substituables dans lequel une firme de marque concurrence à la Cournot une firme de générique, que la firme de marque est toujours incitée à racheter son concurrent et très souvent à produire des pseudo-génériques.

Haut de page

Texte intégral

I. - Introduction

  • 1  Les médicaments génériques sont fabriqués à partir de la même molécule que ceux de marque.
  • 2  En effet, ils diffèrent de par leur forme, leur couleur, leur goût, leur conservation, leur emball (...)
  • 3  Cette approche théorique tente ainsi d’éclairer, en dégageant des incitations à la fusion, un phén (...)

1Sur le marché pharmaceutique, les laboratoires déposent des brevets afin de protéger la propriété intellectuelle de leurs médicaments. À leurs dates d’expiration, ces brevets tombent dans le domaine public. La reproduction des médicaments pionniers est alors possible et les firmes en place sont alors menacées par l’entrée de nouveaux concurrents. Ces derniers, appelés laboratoires de génériques ou génériqueurs, produisent des médicaments génériques bio-équivalents1 à la marque. En dépit des garanties d’équivalences thérapeutiques, les médicaments génériques ne sont pas considérés par les consommateurs comme parfaitement substituables2. Face à la concurrence des génériques, les firmes de marque voient plus de 20 % de leurs ventes menacées (Grandfils et alii 2004). C’est pourquoi elles sont tentées de produire elles-mêmes des médicaments génériques, nommés pseudo-génériques. L’objet de notre article est donc d’étudier cette décision de production. Celle-ci permet certes de concurrencer le générique, mais peut aussi être analysée comme un moyen de lui barrer l’entrée. Dans une approche alternative, nous étudions la production de pseudo-génériques comme un catalyseur de fusions3, celles-ci induisant réciproquement la production de pseudo-génériques. Par comparaison avec l’approche par les barrières à l’entrée, notre nouvelle approche paraît plus pertinente en raison de l’évolution attendue de la réglementation.

  • 4  Le développement du marché des génériques est notamment favorisé par la mise en place d’un droit d (...)

2Le développement du marché des génériques est facilité par la volonté des assureurs4 qui veulent limiter l’augmentation des dépenses de santé. Pour illustrer ce développement, notons que le taux de croissance prospectif des médicaments génériques est de 6 à 7 % pour l’année 2006 (IMS-Health). Caves et alii (1991), Grabowski et Vernon (1992), Frank et Salkever (1992, 1997), Morton (1999, 2000) analysent les effets de l’entrée des génériques sur le prix et les parts de marché des médicaments pionniers aux États-Unis. Cependant, ces études ne considèrent pas les pseudo-génériques alors que la production de pseudo-génériques est significative. À titre d’exemple, les pseudo-génériques représentent un quart du marché des génériques en Australie et au Canada. Ils sont aussi très bien implantés en Allemagne, Nouvelle Zélande, Suède et au Royaume-Uni (Hollis 2002).

  • 5  Frank et Salkever (1992) est le premier papier à modéliser l’augmentation du prix de la marque qua (...)
  • 6  Aux États-Unis, la loi Hatch-Waxman de 1984 garantit une période d’exclusivité de six mois à parti (...)

3L’attention des économistes à l’égard des effets des pseudo-génériques sur le marché pharmaceutique est récente, au niveau empirique comme théorique. D’un point de vue empirique, Hollis (2002) est la première étude à considérer l’effet de ces médicaments sur l’entrée et le prix des génériques. Il observe la présence de l’avantage du premier arrivé. Cet avantage dissuade l’entrée et augmente le prix du médicament de marque et celui du pseudo-générique. L’auteur conclut à la baisse du bien-être collectif sur le marché canadien. Au niveau théorique, Ferrandiz (1999) analyse la décision de produire le pseudo-générique dans un marché où les biens de marque sont parfaitement substituables entre eux alors qu’existe un certain degré de différenciation avec le générique. Par le biais de simulations, il montre qu’il est préférable pour une marque de produire le pseudo-générique plutôt que de laisser rentrer un génériqueur. Cette dernière décision se justifie par la hausse du prix de marque5, ainsi que par celle du profit global d’une telle firme, toutes deux obtenues en segmentant le marché. D’autre part, Kong et Seldon (2004) élaborent un modèle à deux étapes avec des biens différenciés. Ils démontrent que si l’effet-prix croisé entre marque et générique est significatif, la firme pionnière produit le pseudo-générique pour bloquer l’entrée des génériques et augmenter son profit. Du point de vue de la politique de la concurrence, ces résultats suggèrent l’implication suivante : interdire les pseudo-génériques ou du moins attendre qu’un génériqueur soit présent pendant un certain temps6 avant de les autoriser (Hollis 2003). Cette perspective définit notre cadre d’analyse.

4Peu d’études ont été menées sur les fusions entre génériqueurs et laboratoires de marque. Cet article cherche à combler ce manque. En particulier, nous analysons le lien entre production de pseudo-génériques et fusions. En d’autres termes, nous étudions l’influence réciproque des fusions et de la production de pseudo-génériques. Nous modélisons une industrie dans laquelle un laboratoire de marque et un laboratoire de génériques se concurrencent à la Cournot. Les médicaments de marque et génériques sont considérés comme imparfaitement substituables. Ce modèle présente un jeu non coopératif à deux étapes. À chaque étape, la firme de marque a la possibilité d’acheter son concurrent. Mais à la première étape, cette firme peut décider de produire des pseudo-génériques à la place. Dans ce cadre d’analyse, le laboratoire de génériques est leader de Stackelberg sur le marché du générique où deux biens homogènes sont disponibles : les médicaments génériques et pseudo-génériques. La production de pseudo-génériques à la première étape du jeu réduit le coût de la fusion à l’étape suivante. En effet, la concurrence s’accroît et baisse le prix de rachat de la firme fabriquant des génériques. Nous trouvons deux résultats principaux. Premièrement, les stratégies de fusions impliquent la production de pseudo-génériques sauf si la différenciation des médicaments est très faible. Deuxièmement, la possibilité de produire des pseudo-génériques rend possible des fusions particulières nommées fusions « stratégiques ». Les pseudo-génériques sont alors produits avant même la monopolisation du marché pour une différenciation des produits qui ne permettrait pas cette production si les fusions n’étaient pas considérées. En effet, sous certaines conditions de marché, la production de pseudo-génériques réduit le profit de la firme de marque, mais cette firme décide tout de même de les produire afin de réduire le prix de rachat du fabricant de génériques. Deux conditions doivent être satisfaites pour assurer la profitabilité de cette stratégie : la perte due à la production de pseudo-génériques sur une période ne doit pas être trop importante. De plus, la valorisation du gain associé à la baisse du prix d’achat de la firme concurrente doit être assez élevée.

  • 7  Profitant de l’assouplissement législatif promulgué par la Food and Drug Administration en 1984 qu (...)

5Dans notre article, nous complétons l’étude de Kong et Seldon (2004). Cette dernière est la seule à considérer à la fois des pratiques anti-concurrentielles et la production de pseudo-génériques sur le marché pharmaceutique. Notre analyse s’en différencie sur deux points. D’un côté, nous considérons que le produit générique entre sur le marché avant le pseudo-générique, bénéficiant ainsi d’une position de leader de Stackelberg sur le marché des génériques7. Ce type de concurrence semble mieux refléter l’évolution future de ce marché (Hollis 2003). D’un autre côté, seules les fusions peuvent mener à la monopolisation du marché pharmaceutique car le générique est déjà présent sur le marché lorsque le pseudo-générique arrive. De ce fait, nous étudions les fusions et pas les barrières à l’entrée, contrairement à Kong et Seldon (2004).

6Cet article est organisé en cinq sections. La section II établit le modèle de référence. La section III s’intéresse aux stratégies de fusions dans ce cadre. La section IV discute les résultats et la section V conclut.

II. - Modèle de référence

II.1. Hypothèses

  • 8  Notre consommateur représentatif peut être interprété ici comme le prescripteur, agent parfait du (...)

7Nous modélisons le cas de deux firmes en place sur le marché d’un médicament. La première firme est une firme de marque et la seconde une firme de génériques. Par hypothèse, le marché du générique est plus sensible aux prix que le marché de marque (Frank et Salkever (1992)). L’utilité provient de la satisfaction retirée de la consommation de la quantité qm du médicament de marque et de la quantité QG de son substitut générique. Nous faisons un compromis entre généralité et tractabilité en supposant que la fonction d’utilité quadratique du consommateur représentatif8 est la suivante :

8Q0 est le numéraire, qm la quantité de marque, et QG la quantité de génériques. Nous supposons

mGαβγα < βGmαβ > γ2αβα

9Enfin, nous supposons qu’il n’y a aucun coût de production afin de bien capter les effets de la différenciation des produits sur les stratégies des firmes. Les fonctions de profit sont donc définies uniquement par les recettes totales. En outre, nous ne nous focalisons pas sur le blocage de l’entrée, ainsi nous supposons l’entrée dans l’industrie impossible. Dans les deux paragraphes ultérieurs, nous envisageons d’abord les structures de marché possibles. Nous déterminons ensuite les conditions d’existence de la structure de référence.

II.2. Structures de marché envisageables

II.2.1. Duopole

10Nous supposons qu’un laboratoire de marque et un laboratoire de génériques se concurrencent à la Cournot. Soit

II.2.2. Monopole

11Si les biens ne sont pas trop différenciés, la firme de génériques n’est pas incitée à rentrer sur le marché et seule la firme de marque produit. C’est pour cette raison que nous étudions le cas du monopole de la marque. Dans ce cadre, deux cas sont envisageables : un monopole mono-produit et un monopole multi-produits si la marque fabrique des pseudo-génériques. Étudions le cas où la marque est en monopole et produit le pseudo-générique. Notons

12Nous remarquons que la quantité de pseudo-génériques est négative si α<γ. Dans ce cas, le monopole est mono-produit. Nous l’appréhendons maintenant. Son profit est alors noté

13Si la différenciation est faible (γ > α), le monopole n’est pas incité à produire le pseudo-générique. En effet, les gains réalisés sur le pseudo-générique ne compensent pas la baisse de profit engendrée par la concurrence que le laboratoire se fait à lui-même. Notons que lorsque la firme de génériques ne produit pas, le monopole naturel qui en résulte est alors nécessairement mono-produit puisque cela implique une différenciation très faible (γ > α).

II.2.3. Pseudo-duopole

leader9FMRqmqg

14Pour que le pseudo-duopole soit soutenable, la positivité de la quantité d’équilibre de pseudo-génériques est nécessaire. Tel est le cas si la différenciation est assez élevée :

II.3. Conditions d’existence du duopole

γ< 2αα < A(β, γ)**

15Remarque 1. Si la différenciation est assez élevée (α >

(β, γ)), alors le laboratoire de marque produit le pseudo-générique.

16Preuve. Voir annexe E.

17Synthétisons la structure de marché initiale en fonction de la différenciation :

18Nous nous concentrons sur la zone de duopole pour étudier si la possibilité de fusion modifie la décision de produire le pseudo-générique.

III. - Stratégies de fusion

  • 10  Le rachat de la firme de marque par le laboratoire générique est exclu pour deux raisons. Première (...)

19Dans cette section, nous considérons la possibilité de rachat du génériqueur par le laboratoire de marque10. Nous élaborons un jeu non coopératif (cf. figure 1) dans lequel deux manières de fusionner sont distinguées. Tout d’abord, la fusion « traditionnelle » où le rachat intervient dès le début du jeu. Ensuite, la fusion dite « stratégique » où le rachat intervient après une période de production du pseudo-générique. Malgré que nous ayons exclu les valeurs de paramètres pour lesquels la production du pseudo-générique est profitable, la firme de marque pourrait être incitée à le produire en vue d’initier une fusion « stratégique ». En effet, la sortie du pseudo-générique accroît le degré de concurrence sur le marché des génériques, baisse le profit du génériqueur, et diminue ainsi le prix d’achat de cette firme. À l’instar de Kamien et Zang (1990), nous considérons que le prix d’achat est égal au profit que la firme de génériques réaliserait s’il n’y avait pas de fusion.

  • 11  Nous considérons que la fusion « stratégique » se produit uniquement après une période de producti (...)

20Le jeu considéré est un jeu non coopératif à deux étapes à horizon infini. À la première étape, trois événements sont possibles : le statu quo où le régime de duopole est reconduit, la fusion « traditionnelle », et la décision de produire des pseudo-génériques. Après cette étape, une période de production s’écoule. Dans le cas où les pseudo-génériques sont produits, la possibilité de fusion est de nouveau envisagée dans une deuxième étape11.

21Nous utilisons le concept d’équilibre de Nash en sous-jeux parfaits. De ce fait, nous résolvons le jeu par récurrence amont. Nous commençons donc par le sous-jeu de la deuxième étape. Ensuite, nous abordons la première étape pour trouver l’équilibre en sous-jeux parfait.

III.1. Seconde étape : incitation à fusionner dans le pseudo-duopole

α < AβγAβγβγ1αβγ**1αβγstatu quo*

22

  • 12  En effet,
  • 13  Notons que pour une différenciation très élevée (α > ā (β, γ)), c’est-à-dire pour la zone de param (...)

23Remarque 2. La condition (11) est vérifiée quels que soient les paramètres12. L’équilibre de Nash du sous-jeu est la fusion pour les paramètres considérés13.

III.2. Première étape : incitation à fusionner dans le duopole

  • 14  Nous rappelons que les comparaisons portent uniquement sur les paiements de la firme de marque pui (...)

24À la première étape du jeu, trois événements sont possibles : le statu quo, la fusion « traditionnelle » ou la production de pseudo-génériques. Cette production aboutit à la fusion « stratégique » puisque celle-ci est équilibre de Nash du sous-jeu de la deuxième étape. La détermination de l’équilibre de Nash en sous-jeux parfaits nécessite alors la comparaison des trois trajectoires identifiées14.

  • 15  Sans perte de généralités, cette comparaison est effectuée en statique.
  • 16  Alternativement, nous pouvons interpréter le gain de statu quo comme une mesure du coût d’opportun (...)

25Nous commençons par comparer la fusion « traditionnelle » au statu quo15. La firme de marque préfère fusionner de manière « traditionnelle » si le gain de fusion dépasse le gain de statu quo. Le gain de fusion, noté Σ2(α, β, γ), est la différence entre le profit de monopole obtenu après fusion (mono- ou multi-produit(s) selon le degré de différenciation) et le prix d’achat du génériqueur. Le gain de statu quo, noté σ2(α, β, γ), est le profit qu’obtiendrait la firme de marque en situation de duopole16. De manière formelle,

26et

27La fusion traditionnelle domine le statu quo si et seulement si :

28Remarque 3. La condition (14) est vérifiée pour toutes les valeurs de paramètres concernant la zone de duopole étudiée. La fusion traditionnelle domine donc le statu quo.

29Preuve. Voir annexe F.

30À présent, comparons les paiements associés à la fusion « traditionnelle » à ceux de la fusion « stratégique ». Autrement dit, nous déterminons l’incitation à fusionner de manière « stratégique ». Ce gain de fusion « stratégique », noté Σ3(α, β, γ, δ), se décompose sur deux périodes puisque cette fusion nécessite la production de pseudo-génériques pendant une période et implique la monopolisation uniquement à la deuxième étape. Concernant la première période, le gain correspond au profit de pseudo-duopole de la marque (). Concernant la deuxième, on peut de nouveau le décomposer en deux. Tout d’abord, au moment du rachat, la firme de marque paye le flux infini actualisé de profit de pseudo-duopole du génériqueur à la firme concurrente (). Ensuite, il perçoit à partir de la deuxième période de production un profit de monopole (). De manière formelle, le gain de fusion « stratégique » est :

31Le gain de la fusion « traditionnelle » est un flux infini actualisé puisque le jeu est à horizon infini. Ce gain, défini comme le coût d’opportunité de la fusion « stratégique » s’écrit :

32L’incitation à la fusion « stratégique » est donc la différence entre son gain et son coût d’opportunité. Le laboratoire de marque est incité à fusionner de manière « stratégique » si et seulement si :

33Lemme 1. S(α, β, γ, δ) > 0 pour :

34α > α2(β, γ),

35Preuve. Voir annexes G et H.

  • 17  Notons que le monopole ici obtenu après fusion fabrique dans la majorité des cas des pseudo-généri (...)

36Remarque 4. Selon les valeurs de paramètres de demande et d’actualisation, l’équilibre de Nash en sous-jeux parfaits est soit la fusion « stratégique », soit la fusion « traditionnelle »17.

IV. - Discussion

37Notre papier étudie comment les possibilités de fusions modifient la décision de produire des pseudo-génériques. Dans le but de fusionner, la production de pseudo-génériques induit des fusions particulières appelées fusions « stratégiques ». C’est pourquoi nous commençons par discuter la survenance des différents types de fusions. Nous voyons que ces fusions, qu’elles soient « traditionnelles » ou « stratégiques », entraînent une présence quasi-inexorable de pseudo-génériques sur les marchés pharmaceutiques. Nous terminons la discussion par des suggestions de politiques économiques.

IV.1. Fusion « stratégique » vs fusion « traditionnelle »

38Nous avons identifié l’existence de deux types de fusions dans le jeu considéré. Dans tous les cas, le laboratoire de marque monopolise le marché. Toutefois, selon le degré de différenciation des médicaments, la firme de marque peut être incitée à produire le pseudo-générique avant même de fusionner alors qu’elle ne l’aurait jamais fait sans stratégie de fusion. C’est ce que l’on a nommé la fusion « stratégique ». Plus précisément, le lemme 1 nous permet d’aboutir à la proposition suivante :

39Proposition 1. La fusion « stratégique » domine la fusion « traditionnelle » si et seulement si :

40(i) la sensibilité prix de la marque est relativement élevée (ā, (β, γ)> α > α2(β, γ)),

41(iii) le taux d’actualisation est suffisamment élevé

.αβ

42Corollaire 1. La zone de profitabilité de la fusion « stratégique » s’accroît (respectivement, diminue) lorsque la sensibilité prix de la marque (α) augmente pour une sensibilité prix du générique et une sensibilité prix croisée données (respectivement, lorsque β augmente à α et γ donnés ou lorsque γaugmente à α et β donnés).

43Preuve. Voir annexe I.

44L’idée sous-jacente à ce corollaire est la suivante : le taux d’actualisation minimum nécessaire à l’obtention d’une fusion « stratégique » baisse avec la hausse de la différenciation. En d’autres termes, le gain en terme de prix d’achat lié à la fusion « stratégique » est plus fort lorsque la différenciation est élevée. En effet, l’arrivée d’un produit homogène, le pseudo-générique, a plus d’impact sur le profit du génériqueur (prix d’achat) quand les biens sont à l’origine plus différenciés. Dans ce contexte, la valorisation du gain de la fusion « stratégique » par le taux d’actualisation n’a pas besoin d’être élevé pour compenser les pertes associées à la production des pseudo-génériques en première période. Nous avons vu que dans tous les cas de figure, une fusion apparaît. Nous voyons maintenant l’influence des fusions sur la production des pseudo-génériques.

IV.2. Présence quasi-inexorable des pseudo-génériques

αāβγγ < α < āβγ.

45Corollaire 2. Les pseudo-génériques peuvent apparaître avant monopolisation même si la différenciation des produits n’incite pas à leur production en duopole, ceci en raison des fusions « stratégiques ».

46À présent, nous dégageons des implications concernant la politique de la concurrence dans ce contexte particulier où la production de pseudo-génériques est étroitement liée à l’apparition des fusions.

IV.3. Politique de la concurrence

47L’absence d’analyse du bien-être collectif exclut toute recommandation. Toutefois, quelques conjectures sont suggérées ici. L’effet des fusions sur le bien-être collectif est ambigu. En effet, le profit des firmes augmente globalement mais le surplus du consommateur supporte des effets contraires. Nous avons mis l’accent sur le fait qu’une firme pharmaceutique de marque a intérêt à produire des pseudo-génériques dans la plupart des cas, cette incitation provenant souvent des stratégies de fusions. Seule une différenciation des produits très faible (γ > α) exclut ce type de production.

48L’intérêt des pseudo-génériques du point de vue de la firme de marque peut être renforcé ou du moins légitimé par l’intérêt du patient. En effet, fabriquer des pseudo-génériques quand la firme de génériques est présente sur le marché ne fait qu’accroître la concurrence et donc baisse les prix. Le bien-être du patient est donc accru dans ce cas. Par contre, même dans le cas où le monopole produit des pseudo-génériques, le surplus du consommateur est dégradé par la fusion. En effet, la fusion dégrade la concurrence puisque le duopole initial présentait déjà des médicaments génériques. On peut toutefois remarquer que la segmentation induite par le monopole multi-produits par rapport au monopole mono-produit accroît le surplus du consommateur. Si la fusion « traditionnelle » est sans ambiguïté néfaste du point de vue du consommateur, ce n’est pas le cas de la fusion « stratégique » : cette fusion nécessite une période de production de pseudo-génériques avant monopolisation et induit donc à court terme une hausse du surplus du consommateur. À moins que le présent soit extrêmement valorisé et que la différenciation soit très forte, il est difficile de concevoir que cela soit bénéfique au patient puisqu’elle se produit tout de suite après.

49Les autorités de la concurrence peuvent donc s’opposer aux actions engagées par la firme de marque et notamment à la fusion bien que les pseudo-génériques soient présents. Toutefois, l’analyse menée ici exclut la possibilité de synergies lors des fusions. Si de telles synergies étaient possibles, leurs effets pourraient contrebalancer l’effet néfaste de la monopolisation. Dans ce cas-là, les autorités pourraient autoriser les fusions. La production de pseudo-génériques plutôt que de génériques serait ainsi légitimée.

50Enfin, la connaissance du phénomène des fusions « stratégiques » offre un enseignement aux autorités de la concurrence. En effet, sachant que les conditions du marché rendent la production de pseudo-génériques non profitable, les autorités peuvent interpréter cette sortie comme un signal de fusion.

V. - Conclusion

51Notre article analyse la relation entre les fusions et la production de pseudo-génériques sur les marchés pharmaceutiques. En particulier, nous prouvons que la production de pseudo-génériques peut permettre de fusionner à moindre coût. En effet, cette stratégie réduit le prix d’achat de la firme de génériques. Nous modélisons une industrie dans laquelle un laboratoire de marque se concurrence à la Cournot avec un laboratoire de génériques. Les médicaments de marque et génériques sont considérés comme imparfaitement substituables. Ce modèle présente un jeu non coopératif en deux étapes. À chaque étape, la firme de marque peut acheter son concurrent. Mais à la première étape, la firme de marque peut décider de produire des pseudo-génériques à la place. Dans ce cadre d’analyse, le laboratoire de génériques est leader de Stackelberg sur le marché des génériques où deux biens homogènes sont disponibles : le pseudo-générique et le générique.

52Deux principaux résultats apparaissent. Premièrement, les stratégies de fusions impliquent la production de pseudo-génériques sauf si la différenciation des médicaments est très faible. Deuxièmement, la possibilité de produire des pseudo-génériques donne accès à des fusions particulières nommées fusions « stratégiques ». Les pseudo-génériques sont alors produits avant même la monopolisation du marché pour une différenciation des produits qui ne permettrait pas cette production si les fusions n’étaient pas considérées. En effet, sous certaines conditions de marché, la production de pseudo-génériques réduit le profit de la firme de marque, mais cette firme décide tout de même de les produire afin de réduire le prix de rachat du fabricant de génériques. Deux conditions doivent être satisfaites pour assurer la profitabilité de cette stratégie : la perte due à la production de pseudo-génériques sur une période ne doit pas être trop importante. De plus, la valorisation du gain associé à la baisse du prix d’achat de la firme concurrente doit être assez élevée.

53Du point de vue de la politique de la concurrence, l’absence d’étude du surplus du consommateur dans cet article ne nous autorise pas à proposer des recommandations. Cependant, nous anticipons des implications aux fusions et à la production de pseudo-génériques. Tout d’abord, notre modèle indique que la production de pseudo-génériques peut être considérée comme un signal de fusion potentielle. Deuxièmement, les fusions engendrent la plupart du temps la production de pseudo-génériques, mais comme les génériques sont déjà présents, ces dernières diminuent le degré de concurrence et sont donc préjudiciables aux consommateurs. Seule une production de pseudo-génériques sans fusion accroît la concurrence et donc le surplus du consommateur. Or, c’est le cas des fusions « stratégiques » le temps d’une période. L’effet néfaste de ces dernières sur le surplus du consommateur est atténué par rapport à celui des fusions « traditionnelles ». Ceci étant, il faudrait que le présent soit extrêmement valorisé et que la différenciation soit très forte pour concevoir que la fusion « stratégique » soit bénéfique au patient. En l’absence de synergie, comme c’est le cas dans notre modèle, les fusions devraient être interdites par les autorités. Par contre, l’apparition de synergies lors de fusions relance la discussion, d’autant plus que l’effet de la différenciation après fusion rend la monopolisation moins défavorable aux consommateurs par comparaison au cas où les biens sont homogènes. De plus, les fusions réalisées étant toujours bénéfiques aux firmes, elles peuvent inciter celles-ci à dépenser plus en Recherche et Développement, compensant ainsi à long terme une éventuelle baisse de surplus du consommateur. Troisièmement, notons que Kong et Seldon (2004) montrent que des barrières à l’entrée sont créées par la production de pseudo-génériques. Cette pratique anti-concurrentielle réduit le surplus du consommateur. Dans notre étude, les génériques sont présents dans l’industrie avant les pseudo-génériques. Ces derniers facilitent les fusions et nous pouvons penser qu’une fois de plus, ils réduisent le surplus du consommateur. Nous pensons qu’une analyse de ce surplus serait une piste de recherche intéressante. Parallèlement aux résultats de Kong et Seldon (2004), elle pourrait conclure à l’interdiction totale des pseudo-génériques.

Annexe A

(duopole)

Annexe B

(monopole multi-produits)

Annexe C

(monopole mono-produit)

Annexe D

(pseudo-duopole)

Annexe E

(comparaison des deux structures)

Annexe F

(fusion « traditionnelle » vs statu quo)

Annexe G

(études du coût c(β) et du gain g(α, β, γ, δ))

Annexe H

(étude de S(α, β, γ, δ))

Annexe I

(statique comparative)

Haut de page

Bibliographie

Caves R., M. Whinston et M. Hurwitz (1991), « Patent Expiration, Entry and Competition in the U.S Pharmaceutical Industry », Brookings Papers : Microeconomics,

1-48.

Ching A.T.T (2000), « Dynamic Equilibrium in the U.S. Prescription Drug Market after Patent Expiration », Working paper, Ohio State University, Mimeo.

Eco-Santé OCDE (2001) « Competition and Regulation Issues in the Pharmaceutical Industry ».

Ferrandiz J.-M. (1999), « The Impact of Generic Goods in the Pharmaceutical Industry », Health Economics 8(7), 599-612.

Frank R.-G. et D.-S. Salkever (1992), « Pricing Patent Loss and the Market for Pharmaceutical », Southern Economic Journal 59(2), 165-179.

Frank R.-G. et D.-S. Salkever (1997), « Generic Entry and the Pricing of Pharmaceuticals », Journal of Economics & Management Strategy 6(1), 75-90.

Grabowski H. et J. Vernon (1992), « Brand Loyalty, Entry, and Price Competition in Pharmaceuticals after the 1984 Drug Act », Journal of Law and Economics 35, 331-350.

Grandfils N., Paris V. et C. Sermet (2004), « Les laboratoires pharmaceutiques face à l’arrivée des génériques : quelles stratégies pour quels effets ? », Bulletin d’information en économie de la santé 84.

Hollis A. (2002), « The Importance of being First : Evidence from Canadian Generic Pharmaceutical », Health Economics, 11, 723-734.

Hollis A. (2003), « The Anti-Competitive Effects of Brand-Controlled “Pseudo-Generics” in the Canadian Pharmaceutical Market », Canadian Public Policy, 29(1), 21-32.

Kamien M.-I et I. Zang (1990), « Monopolization by Sequential Acquisition », The Journal of Law, Economics & Organization, 9(2), 205-229.

Kong Y. et J.-R. Seldon (2004), « Pseudo-Generic Products and barriers to entry in pharmaceutical markets », Review of Industrial Organization, 25, 71-86.

Morton F. M. S. (1999), « Entry Decisions in the Generic Pharmaceutical Industry », Rand Journal of Economics, 30(3), 421-444.

Morton F. M. S. (2000), « Barriers to Entry, Brand Advertising, and Generic Entry in the US Pharmaceutical Industry », International Journal of Industrial Organization, 18, 1085-1104.

Nous souhaitons remercier Edmond BARANES, François MIRABEL et Jean-Christophe POUDOU pour leurs commentaires éclairés.

Haut de page

Notes

1  Les médicaments génériques sont fabriqués à partir de la même molécule que ceux de marque.

2  En effet, ils diffèrent de par leur forme, leur couleur, leur goût, leur conservation, leur emballage, leur nom, leur posologie. Les laboratoires de génériques ne sont pas autorisés à produire des médicaments identiques dans leur apparence aux médicaments de marque (Ching 2000).

3  Cette approche théorique tente ainsi d’éclairer, en dégageant des incitations à la fusion, un phénomène concret. En effet, nous observons l’existence de fusions entre des firmes de marque détenant une filiale générique et des génériqueurs : Norvatis, dont la filiale générique est Sandoz, rachète Lek en 2002, Sabex et Durascan en 2004, et annonce l’acquisition de Hexal AG ainsi que de Eon Labs en 2005. Sanofi-Aventis, dont la filiale générique est Winthrop, acquiert Zentiva en 2006.

4  Le développement du marché des génériques est notamment favorisé par la mise en place d’un droit de substitution, d’une dénomination commune internationale, de formulaires, de contrôles sur les prescriptions des médecins et pharmaciens, et de contrôles sur le prix des médicaments.

5  Frank et Salkever (1992) est le premier papier à modéliser l’augmentation du prix de la marque quand le médicament générique rentre sur le marché.

6  Aux États-Unis, la loi Hatch-Waxman de 1984 garantit une période d’exclusivité de six mois à partir du moment où le médicament générique commence à être vendu. Ce brevet est mis en place pour favoriser l’entrée du générique (Eco-Santé OCDE 2001).

7  Profitant de l’assouplissement législatif promulgué par la Food and Drug Administration en 1984 qui facilite l’entrée des génériques sur le marché, Grabowski et Vernon (1992) montrent l’existence d’un avantage au premier arrivé sur le marché des génériques. Cet avantage engendré par l’apparition d’habitudes de prescription confère à la firme pionnière de générique une position de leader de Stackelberg.

8  Notre consommateur représentatif peut être interprété ici comme le prescripteur, agent parfait du patient.

9  L’ensemble des résultats obtenus dans ce cadre de concurrence à la Cournot-Stackelberg-Nash sont robustes au remplacement de cette concurrence par une concurrence à la Cournot-Nash. En effet, les résultats sont alors qualitativement identiques. Pour les lecteurs intéressés, contactez les auteurs.

10  Le rachat de la firme de marque par le laboratoire générique est exclu pour deux raisons. Premièrement, aucun rachat de ce type n’a été observé empiriquement. Deuxièmement, la firme de marque ayant disposé d’une situation de monopole légal pendant la durée de son brevet est censée être en meilleure situation financière pour racheter la firme concurrente.

11  Nous considérons que la fusion « stratégique » se produit uniquement après une période de production de pseudo-génériques. En effet, après une telle période, le prix d’achat de la firme de générique reste constant. La production du pseudo-générique étant coûteuse pour la firme de marque (et encore plus pour le génériqueur), cette firme a intérêt à déclencher la fusion dès la deuxième étape.

12  En effet, Image43

13  Notons que pour une différenciation très élevée (α > ā (β, γ)), c’est-à-dire pour la zone de paramètres où les pseudo-génériques sont produits hors motif de fusion (zone exclue de notre étude), la fusion est également l’unique équilibre de Nash.

14  Nous rappelons que les comparaisons portent uniquement sur les paiements de la firme de marque puisque c’est elle qui choisit de produire des pseudo-génériques et que le mécanisme de rachat implique que la firme de générique est passive.

15  Sans perte de généralités, cette comparaison est effectuée en statique.

16  Alternativement, nous pouvons interpréter le gain de statu quo comme une mesure du coût d’opportunité supporté par la firme de marque quand elle fusionne de façon traditionnelle.

17  Notons que le monopole ici obtenu après fusion fabrique dans la majorité des cas des pseudo-génériques, ce qui, comme le montrent Kong et Seldon (2004), rend difficile l’entrée d’un nouveau génériqueur. De plus, lorsque le monopole décide de ne pas produire les pseudo-génériques, cela signifie que la sensibilité prix sur le marché des génériques est extrêmement forte et les profits réalisables sur ce marché négligeables. Ainsi, un coût fixe relativement bas empêcherait toute entrée d’un génériqueur. Concernant le génériqueur présent au début du jeu sur le marché, celui-ci a déjà remboursé ses coûts fixes.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-1.png
Fichier image/png, 2,7k
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-2.png
Fichier image/png, 498 octets
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-3.png
Fichier image/png, 498 octets
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-4.png
Fichier image/png, 498 octets
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-5.png
Fichier image/png, 498 octets
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-6.png
Fichier image/png, 272 octets
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-7.png
Fichier image/png, 2,0k
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-8.png
Fichier image/png, 1,7k
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-9.png
Fichier image/png, 197 octets
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-10.png
Fichier image/png, 145 octets
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-11.png
Fichier image/png, 197 octets
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-12.png
Fichier image/png, 150 octets
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-13.png
Fichier image/png, 1,9k
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-14.png
Fichier image/png, 2,0k
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-15.png
Fichier image/png, 197 octets
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-16.png
Fichier image/png, 218 octets
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-17.png
Fichier image/png, 2,0k
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-18.png
Fichier image/png, 197 octets
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-19.png
Fichier image/png, 192 octets
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-20.png
Fichier image/png, 1,2k
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-21.png
Fichier image/png, 197 octets
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-22.png
Fichier image/png, 137 octets
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-23.png
Fichier image/png, 197 octets
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-24.png
Fichier image/png, 136 octets
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-25.png
Fichier image/png, 1,1k
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-26.png
Fichier image/png, 2,5k
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-27.png
Fichier image/png, 2,2k
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-28.png
Fichier image/png, 197 octets
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-29.png
Fichier image/png, 136 octets
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-30.png
Fichier image/png, 197 octets
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-31.png
Fichier image/png, 150 octets
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-32.png
Fichier image/png, 400 octets
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-33.png
Fichier image/png, 400 octets
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-34.png
Fichier image/png, 5,6k
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-35.png
Fichier image/png, 400 octets
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-36.png
Fichier image/png, 8,2k
Titre Figure 1
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-37.png
Fichier image/png, 4,3k
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-38.png
Fichier image/png, 400 octets
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-39.png
Fichier image/png, 218 octets
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-40.png
Fichier image/png, 137 octets
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-41.png
Fichier image/png, 136 octets
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-42.png
Fichier image/png, 2,6k
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-43.png
Fichier image/png, 4,6k
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-44.png
Fichier image/png, 1,6k
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-45.png
Fichier image/png, 1,8k
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-46.png
Fichier image/png, 2,7k
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-47.png
Fichier image/png, 2,1k
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-48.png
Fichier image/png, 4,0k
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-49.png
Fichier image/png, 1,3k
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-50.png
Fichier image/png, 1,6k
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-51.png
Fichier image/png, 1,0k
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-52.png
Fichier image/png, 2,5k
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-53.png
Fichier image/png, 1,2k
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-54.png
Fichier image/png, 1,4k
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-55.png
Fichier image/png, 473 octets
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-56.png
Fichier image/png, 760 octets
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-57.png
Fichier image/png, 760 octets
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-58.png
Fichier image/png, 19k
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-59.png
Fichier image/png, 3,2k
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-60.png
Fichier image/png, 16k
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-61.png
Fichier image/png, 12k
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-62.png
Fichier image/png, 14k
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-63.png
Fichier image/png, 5,3k
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-64.png
Fichier image/png, 41k
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-65.png
Fichier image/png, 39k
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-66.png
Fichier image/png, 15k
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-67.png
Fichier image/png, 49k
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-68.png
Fichier image/png, 51k
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-69.png
Fichier image/png, 24k
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-70.png
Fichier image/png, 14k
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-71.png
Fichier image/png, 51k
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-72.png
Fichier image/png, 47k
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-73.png
Fichier image/png, 50k
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-74.png
Fichier image/png, 27k
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-75.png
Fichier image/png, 38k
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-76.png
Fichier image/png, 40k
URL http://rei.revues.org/docannexe/image/1043/img-77.png
Fichier image/png, 26k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Granier et Sébastien Trinquard, « Pseudo-génériques et fusions « stratégiques » dans l’industrie du médicament », Revue d'économie industrielle, 117 | 2007, 23-50.

Référence électronique

Laurent Granier et Sébastien Trinquard, « Pseudo-génériques et fusions « stratégiques » dans l’industrie du médicament », Revue d'économie industrielle [En ligne], 117 | 1er trimestre 2007, mis en ligne le 15 mars 2009, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://rei.revues.org/1043 ; DOI : 10.4000/rei.1043

Haut de page

Auteurs

Laurent Granier

LASER-CREDEN - Université Montpellier I. laurent.granier@univ-montp1.fr

Sébastien Trinquard

LASER-CREDEN - Université Montpellier I. sebastien.trinquard@univ-montp1.fr

Haut de page

Droits d'auteur

© Revue d’économie industrielle

Haut de page